Ratage de la réforme de la PACES : le gouvernement tente de rectifier le tir

Paris, le vendredi 4 juin 2021 - Malgré une hausse du nombre de places en deuxième année de MMOP* de 12 %, la réforme PASS/LAS (Parcours spécifique accès santé et Licence avec option accès santé) censée mettre fin au « gâchis humain » de la PACES et diversifier les profils des futurs médecins tourne au fiasco obligeant Matignon à annoncer « plusieurs mesures exceptionnelles » de dernière minute.

De la complexité à la cacophonie

En préambule, rappelons (pour faire simple !) que la réforme PASS/LAS consiste à remplacer la PACES en une PASS (sorte de voie royale vers les études de médecine) ou chaque étudiant doit se choisir une matière mineure (en dehors de la santé) pour favoriser les passerelles en cas d’échec. Les étudiants en PASS doivent également désormais partager les places en deuxième année avec des étudiants en LAS qui suivent un cursus autre que médical (du droit par exemple), en suivant une matière mineure en santé.

Cette réforme complexe (représentative du génie français diront les mauvaises langues) a entraîné une véritable cacophonie. Pour les LAS, les universités ont été mal préparées à ces nouvelles filières. Pour la PASS, l’année est particulièrement difficile à gérer alors que cohabitent les « primant » la PASS et les derniers redoublants de la PACES. Aussi, tout au long de l’année, les étudiants ont multiplié les alarmes et dans un rapport le Sénat a même dénoncé une réforme « délétère » mal et trop vite mise en application.

Pour garantir de « meilleures chances de réussite » aux étudiants de première année, un décret visera à privilégier les étudiants issus de PASS et ceux de LAS pour les 12 % de places supplémentaires.

Chaque université devra en outre créer « une commission d'examen exceptionnelle » pour les étudiants admissibles en deuxième année de filière santé, mais qui n'ont pas validé une autre matière. L'objectif est d'examiner les « situations individuelles » de ces candidats.

Enfin, des « sessions de rattrapage » seront organisées pour toutes les disciplines « mineures » à la fois en PASS (mineure « généraliste ») et en LAS (mineure santé).

Parallèlement, de nouvelles instructions ont été adressées aux universités (qui n’auraient pas tout compris) pour la rentrée 2021. Un accompagnement « spécifique » des étudiants de LAS 1 reçus dans les filières santé, et des étudiants de PASS en LAS 2, devra être mis en place « notamment en renforçant le tutorat et les ressources numériques ».

A cette réforme chaotique du premier cycle, s’ajoute celle du deuxième cycle qui inquiète particulièrement ceux qui ont choisi d’étudier à l’étranger (notamment en Roumanie). La réforme du « concours » de l’internat qui fera la part belle au « matching » risque en effet d’entraver encore davantage l’intégration de ces étudiants dans le 3e cycle des études médicales. 

*Médecine, Maïeutique, Odontologie, Pharmacie

Gabriel Poteau

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article