Réseaux sociaux fléaux pour la santé : l’inquiétude américaine

Paris, le jeudi 25 mai 2023 – Vivek Murthy, médecin-chef des Etats-Unis considère que l’exposition des adolescents aux réseaux sociaux contribue à la « crise nationale de la santé mentale des jeunes » dans un rapport publié avant-hier.

Le Surgeon General (administrateur de la santé publique) des États-Unis a fait part, dans un rapport publié le 23 mai, de son inquiétude vis-à-vis des conséquences des réseaux sociaux sur la santé mentale des jeunes. 

Une réponse de toute urgence nécessaire

« Nous traversons une crise nationale en ce qui concerne l’état de santé mentale des jeunes, et je crains que les réseaux sociaux ne soient un moteur important de cette crise — ce à quoi nous devons répondre de toute urgence », a alerté le docteur Vivek Murthy dans un communiqué publié en parallèle du rapport.

Cet avis de 19 pages souligne les effets des médias sociaux sur la santé psychique des adolescents qui, s’ils ne sont pas tous entièrement bien compris, peuvent « présenter un risque profond pour la santé mentale et le bien-être des enfants et des adolescents ». Le Dr Murthy a d’ailleurs rappelé que les adolescents ne sont pas juste des « adultes plus petits » : « ils se trouvent dans une phase de développement différente et dans une phase critique du développement du cerveau », a-t-il fait remarquer lors d’une interview accordée à la presse américaine.

Aux États-Unis, l’augmentation de l’usage des réseaux sociaux s’est, en effet, accompagnée d’une hausse des déclarations et des diagnostics d’anxiété et de dépression chez les adolescents. Idem concernant les visites aux urgences liées aux idées suicidaires et à l’automutilation, en croissance sur la période récente. Néanmoins, pour l’heure, le lien de causalité entre ces événements n’a pas été formellement établi.

En l’état des connaissances scientifiques, le rapport recommande donc aux parents de ne pas utiliser d’appareils électroniques (téléphone, tablette) à l’heure des repas ou encore de favoriser le développement de rapports sociaux non virtuels.

L’âge minimum pour créer un compte sur les médias sociaux a aussi été évoqué. « D’après les données que j’ai vues, je pense que 13 ans, c’est trop tôt [pour utiliser les réseaux sociaux] », a indiqué Vivek Murthy lors d’une émission à la télévision américaine. De fait, 95 % des jeunes Américains âgés de 13 à 17 ans sont des utilisateurs de réseaux sociaux — un tiers s’en sert « presque constamment », selon une étude réalisée par le Pew Research Center.

Plusieurs États ont commencé à réglementer

Plusieurs États américains ont d’ores et déjà commencé à réglementer l’usage des médias sociaux. C’est le cas du Montana, où le gouverneur a récemment signé un projet de loi visant à interdire TikTok. De même, dans l’Utah, les mineurs de moins de 18 ans doivent désormais obtenir le consentement explicite d’un parent ou tuteur légal pour pouvoir s’inscrire sur les réseaux sociaux.

Pour le sénateur démocrate Chris Murphy, le problème est plus large, et doit être réglé aussi en collaboration avec les géants de la tech eux-mêmes, dont Meta (Facebook, Instagram), Twitter ou encore TikTok : « vous avez certains des meilleurs développeurs au monde qui ont conçu ces produits pour s’assurer que les gens maximisent le temps qu’ils passent sur ces plateformes », a-t-il déclaré dans une interview à CNN. « Nous devrions prendre des décisions pour faire des médias sociaux une expérience plus saine qui permettrait aux enfants de se sentir mieux dans leur peau et moins seuls », a ajouté le sénateur du Connecticut.

Raphaël Lichten

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article