Retraites : les médecins libéraux sur le point d’obtenir gain de cause ?

Paris, le vendredi 10 janvier 2019 - Les médecins libéraux semblent avoir obtenu des avancées décisives alors qu’une nouvelle grande manifestation interprofessionnelle était organisée hier pour protester contre la réforme des retraites.
 Jeudi matin, le Dr Jean-Paul Ortiz était reçu par Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat à la réforme des retraites.

Prudence…

Selon un communiqué du patron de la CSMF, il aurait obtenu, durant cette rencontre  le « maintien du niveau des retraites des médecins libéraux (…), la survie de la CARMF », la sanctuarisation des réserves, « le principe de la prise en charge partielle de la cotisation retraite par l’Assurance Maladie comme actuellement l’ASV (…) ».

Il ne demeurerait plus qu’un point d’achoppement à régler : que les cotisations des médecins en cumul emploi retraite soient génératrices de droits au plus tard dès 2022 (le gouvernement propose actuellement la date de 2037).
La CSMF demeure néanmoins sur ses gardes et emploie le conditionnel : « il semblerait que l’État accepte les principes suivants »…et attend que « des réunions techniques soient organisées très rapidement pour finaliser le dossier dans les plus brefs délais et que ces principes soient actés au plus vite ».

Le soir, c’était au tour du Conseil national de l’UNAPL (Union nationale des professions libérales) de se réunir en session extraordinaire pour prendre « acte des avancées obtenues » durant la réunion de mardi tout en maintenant un certain nombre de revendications : « permettre aux caisses de retraite professionnelles d’instaurer un dispositif obligatoire de retraite complémentaire (…), clarifier et inscrire dans la loi le taux de l’abattement a minima d’un tiers de l’assiette pour le calcul des cotisations tel qu’obtenu du Gouvernement par l’UNAPL avec l’U2P (…), garantir dans la future loi de réforme le sort des réserves (…), inscrire dans la loi une représentation spécifique des professions libérales, dans la structure de tête de la future gouvernance du régime universel et la création d’un Conseil de la protection sociale des professions libérales ».

Sur ce point le secrétaire d'État a indiqué au Dr Jean-Paul Ortiz qu'il n'y aurait qu'un siège pour l'ensemble des professions libérales dans la gouvernance générale du nouveau système universel mais qu'en revanche un « conseil supérieur des professions libérales », regroupant l'ensemble des professions libérales, serait créé, assurant une représentation du corps médical.

Mais la prudence demeure de mise alors qu’aucune de ces avancées ne figure dans le projet de loi présenté ce matin. Elles seront selon Laurent Pietraszewski l’objet d’amendements gouvernementaux.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Assurances complémentaires

    Le 10 janvier 2020

    Déjà que la CARMF nous coûte un bras et que l'on doive payer des assurances personnelles pour les indemniser etc, on ne va pas encore nous faire payer des assurances complémentaires gérées par la carmf !

    Dr Marwan Houmani

  • Cocus

    Le 10 janvier 2020

    Nos syndicats sont nuls,et ce n’est pas d’aujourd’hui.
    On cède sur tout et même l’argent des retraités va servir à donner une grosse retraite à la fonction publique, aux praticiens hospitaliers
    en particulier, qui bénéficient déjà d’une retraite qui est le double de celle
    des médecins libéraux. De simplement se contenter d’éventuels amendements gouvernementaux, c’est léger.

    Dr Jean Philippe

Réagir à cet article