Secteur 2 : les docteurs juniors pourront bien en bénéficier après une année d’assistanat

Paris, le lundi 20 juin 2022 - Avec la dernière réforme du troisième cycle a été créé le statut de « docteur junior » qui est accessible aux internes des DES de spécialités après les deux premières phases de l’internat et la thèse. Plus tout à fait interne, ni tout à fait praticien confirmé, ces « docteurs juniors » bénéficient de compétences élargies et de rémunérations augmentées.

Ce titre devait permettre, en théorie, de pouvoir s’installer en secteur II après une année d’assistanat au lieu de deux. Et en novembre 2022, ces premiers anciens « docteurs juniors » pourront s’installer en ville.

En avril, le syndicat Jeunes médecins alertait : des adhérents de cette organisation (qui ont été docteurs juniors et assistant un an durant) rencontraient des difficultés pour s'enregistrer en secteur à honoraires libres (secteur II) auprès des caisses primaires d'assurance-maladie qui disaient attendre une position officielle de l’Assurance maladie.

Jeunes médecins avait donc saisi le 3 mai la Cnam et le ministère de la Santé « pour qu'ils indiquent dans les meilleurs délais au réseau des Cpam les conditions requises pour accéder au secteur II et qu’ils facilitent les démarches d’installation des futurs médecins libéraux ».

Lors de la dernière commission paritaire nationale (CPN), la Cnam a présenté aux syndicats médicaux les « éléments partagés avec le ministère de la Santé » qui ont rassuré. La caisse a en effet annoncé que l’année réalisée sous le statut de docteur junior sera bien comptabilisée « à raison d’une année » pour acquérir le titre d’ancien assistant spécialiste des hôpitaux.

En outre, ces deux années n’auront pas besoin d’être réalisées de façon consécutive.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article