StopCovid, entre fiasco et polémiques

Paris, le vendredi 12 juin – Dix jours seulement après son lancement, l’application StopCovid ne semble pas plébiscitée par les Français et est déjà au cœur de nombreuses polémiques.

Le 2 juin dernier, pour la deuxième phase du déconfinement, le secrétaire d’État au numérique Cédric O lançait fièrement l’application StopCovid. Après deux mois de gestation difficile, le dispositif de « contact tracking » du gouvernement, qui permet à ses utilisateurs, grâce la technologie Bluetooth, de savoir quand ils ont été en contact avec une personne contaminée, devait devenir un nouveau « geste barrière numérique » et l’un des outils majeurs de la lutte contre une éventuelle seconde vague.

Seulement 2 % d’utilisateurs

Mais dix jours seulement après ce lancement, le projet StopCovid semble tourne au ralenti. Seulement 1,4 millions de Français ont téléchargé l’application selon le gouvernement, soit environ 2 % de la population. Dérisoire quand on sait que la plupart des épidémiologistes estiment qu’un tel dispositif ne devient efficace que si 60 % des habitants l’utilisent. Par comparaison, 8 % des Australiens avaient téléchargé l’équivalent local de StopCovid en 24 heures et 25 % des Norvégiens en une semaine.

Plus encore que le nombre de téléchargements, c’est celui des utilisateurs actifs qui inquiète. En effet, en raison notamment d’un désaccord entre le gouvernement et Apple, l’application est inactive si elle n’est pas ouverte régulièrement, notamment sur les Iphones. Si aucun chiffre officiel existe, des chercheurs estiment que seuls 350 000 utilisateurs sont réellement actifs. Cédric O a également reconnu que, pour le moment, StopCovid n’avait permis qu’une « poignée » de notifications à des cas contact, sans plus de précisions.

Trop tôt pour tirer des conclusions selon le gouvernement

Le désaveu des Français semble ainsi massif. Selon un sondage, 66 % des Français n’ont pas l’intention de télécharger l’application. Un rejet qui s’explique tant par la crainte d’une surveillance de masse que par le reflux de l’épidémie.

Malgré ces débuts difficiles, le gouvernement reste confiant. On espère notamment que la campagne de communication officielle qui sera lancée ce week-end permettra de sensibiliser les Français à l’utilité de StopCovid. Les autorités rappellent également que l’important est le nombre d’utilisateurs actifs dans les zones urbaines densément peuplés, là où l’application sera la plus efficace. En résumé, il serait trop tôt pour tirer des conclusions sur l’efficacité sanitaire de StopCovid notamment en cas de deuxième vague.

Mais l’application fait aussi et surtout face à une polémique financière et juridique. Si le développement de StopCovid n’a rien couté à l’État, les informaticiens privés et publics qui l’ont conçu ayant travaillé bénévolement, son hébergement en revanche à un cout. Confiée depuis le lancement de StopCovid à 3DS Outscale, une filiale du groupe Dassault, cet hébergement couterait 100 000 euros par mois selon Cédric O…mais entre 200 000 et 300 000 euros par mois selon d’autres sources. L’association de lutte contre la corruption Anticor a saisi le parquet d’une plainte pour favoritisme, aucun appel d’offre n’ayant été mené par le gouvernement.

QH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Combien ?

    Le 13 juin 2020

    Si c'est pour prévenir des personnes qui présentent des symptômes, ce gadget ne sert à rien.
    On se demande donc : combien de porteurs pré-symptomatiques a t-il détecté en deux semaines ? Combien les outils de ce genre en ont-ils détecté dans d'autres pays ? Combien ces cas pré-symptomatiques auraient-ils contaminé de personnes en plus s'ils n'avaient pas été prévenus ?
    On n'en a pas la moindre idée, et le nombre est sûrement trop ridicule pour être jamais affiché.
    Pas plus qu'on ne sait combien ça a rapporté à ceux qui ont si bien le vendre.

    Dr Pierre Rimbaud

  • Apple et StopCovid, vos sources ?

    Le 14 juin 2020

    Comme la semaine dernière, après le précédent article que vous avez publié sur l’appli stopCovid, je pose de nouveau la même question : quelles sont les informations, données, publications qui vous autorisent à affirmer qu’elle n’enregistrerait pas les contacts en permanence sous iOS ?

    Dr Dominique Buchsenschutz

    Bien sûr, il est nécessaire qu’elle soit activée. Mais il faudrait aussi qu’elle soit « ouverte »? A l’écran ? En arrière-plan ? Pouvez-vous préciser ?

    Si cela vient du désaccord initial entre Apple et le gouvernement, la teneur de l’accord final est connu . Y voyez-vous des termes « notamment » se rapportant aux iPhones ?

    Votre affirmation a des conséquences « notamment » juridiques. Si le gouvernement et Apple nous cachent ce défaut, ils trompent la population. Et c’est grave.... Grave aussi une affirmation non documentée.

    Sur le fond : StopCovid fait partie d’un dispositif de surveillance plus large . Le retirer du contexte me paraît un biais d’appréciation orienté. Si le gouvernement ne l’avait pas mis en place, nombreux auraient été les exemples cueillis à l’étranger pour lui en faire reproche. Quant à mon exemple mon iPhone et son appli SC ne quitte pas ma poche.

Réagir à cet article