Un accord répercute les revalorisations salariales du Ségur dans les cliniques privées

Paris, le vendredi 23 octobre - La semaine dernière, la Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs (FEHAP) décidait, unilatéralement, d'entériner sous forme de prime pour les salariés des structures qu’elle représente les 183 euros net de hausse de salaire prévue par le Ségur dans les hôpitaux publics.

Avant-hier, c’était au tour de la Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP), de la CGT (qui n’a pas signé les accords du Ségur) et de FO d’annoncer la signature d’un accord de revalorisation salariale permettant de transposer aux personnels non médicaux des 1000 hôpitaux et cliniques privés les mesures annoncées lors du Ségur de la Santé.

Cet accord prévoit une augmentation salariale de 206 € bruts par mois (soit 160 € nets mensuels) qui sera versée aux 150 000 salariés non médicaux et sages-femmes des hôpitaux et cliniques privés.

Le versement de l’augmentation est prévu en deux temps. Le premier versement, qui correspondra à la moitié de l’augmentation (103€ bruts) aura lieu dès que le financement aura été attribué aux établissements par le Gouvernement et sera rétroactif au 1er septembre 2020 et le second sera effectué en « même temps que celui du secteur public ». Or, le gouvernement a décidé d’avancer cette deuxième augmentation, les personnels médicaux des cliniques devraient donc en bénéficier rapidement.

Cette revalorisation « est financée via des enveloppes dédiées pour la période des mois de septembre 2020 à février 2021. A partir du 1er mars, son financement devrait être intégré aux tarifs des hôpitaux et cliniques privés » détaille la FHP.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article