Un donut par jour pour les vaccinés !

Washington, le mardi 4 mai – Alors que la vitesse de la vaccination est en légère baisse aux Etats-Unis, les initiatives se multiplient pour inciter les Américains à se faire vacciner.

Un donut par jour pour un vaccin. Le marché proposé par la chaine de restaurants Krispy Kreme aux Etats-Unis est plutôt alléchant. Si vous vous rendez dans l’un de leurs magasins après avoir reçu une injection d’un vaccin contre la Covid-19, vous recevrez gratuitement un donut par jour jusqu’à la fin de l’année 2021. Jusqu’au 24 mai prochain, vous aurez même droit à un café en plus. Un bon coup de pub pour cette société mais aussi le signe que tout est bon désormais pour inciter les Américains à se faire vacciner.

Après plusieurs mois continue d’accélération, la campagne de vaccination américaine s’essouffle. Le nombre d’injections quotidienne a baissé de 22 % ces trois dernières semaines. De nombreux États américains ferment leurs centres de vaccination, faute de candidats. Le gouverneur du Massachusetts vient d’annoncer que les quatre vaccinodromes de l’État allait fermer et que les doses allaient être redistribués vers les pharmaciens et les médecins libéraux. Certains comtés refusent les livraisons de vaccins de l’État fédéral, par peur qu’elles se périment.

24 % des Américains ne veulent pas se faire vacciner

Au total, 44 % des Américains ont reçu au moins une dose (147 millions d’individus) et 31,3 % les deux doses (105 millions), soit l’un des meilleurs taux de vaccination au monde. Mais pour atteindre le graal de l’immunité collective, il faut désormais convaincre les récalcitrants. Selon les sondages, 24 % des adultes Américains ne souhaitent pas se faire vacciner, avec d’importantes variations selon l’âge et l’orientation politique.

Autre phénomène qui inquiète les autorités : environs 5 millions d’Américains ayant reçu la première dose auraient renoncé à recevoir la seconde, soit parce qu’il estime être suffisamment protégé par la première injection, soit que le vaccin correspondant à la première injection était indisponible.

Les initiatives se multiplient pour redonner un nouveau souffle à la campagne de vaccination. En Virginie-Occidentale, le gouverneur vient d’annoncer que tous les jeunes de 16 à 35 ans qui se feront vacciner recevront 100 dollars. Au New Jersey, le gouverneur promet une bière gratuite aux personnes vaccinés. A Détroit, les habitants recevront un chèque cadeau de 50 dollars pour chaque personne qu’ils emmèneront se faire vacciner. Certains États promettent des réductions d’impôts aux entreprises dont les salariés se feront vacciner. Enfin, le CDC a annoncé ce mardi que les personnes vaccinées n’avaient plus besoin de porter le masque en extérieur.

La Maison Blanche opposée au passeport vaccinal

Pour certains, ces mesures sont insuffisantes et plutôt que la carotte, il vaudrait mieux manier le bâton en « sanctionnant » ceux qui refusent de se faire vacciner. Certaines universités ont ainsi annoncé que seuls les étudiants vaccinés auront le droit de retourner en cours en présentiel à la rentrée de septembre. Mais l’idée d’un passeport vaccinal est globalement assez impopulaire. Le 7 avril dernier, la Maison-Blanche s’est dite opposée à la mise en place d’un tel dispositif. Certains Etats, comme le Texas ou la Floride, ont interdit aux commerces et entreprises d’exiger de leur client une preuve de vaccination.

Reste que cet essoufflement de la vaccination est tout relatif. Les Etats-Unis continuent d’injecter plus de 2,5 millions de doses par jour et pourrait bientôt ouvrir la vaccination aux enfants âgés de plus de 12 ans. Le nombre de contaminations et de décès quotidiens a été divisé par cinq depuis janvier et la plupart des restrictions sanitaires ont été levés.

En ce moment, les Américains ont des problèmes de riches.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article