Un médecin radié pour faux certificat de vaccination

Paris, le lundi 23 janvier 2017 – La défiance croissante d’une partie des Français face à la vaccination a conduit à la réalisation d’enquêtes sur ces praticiens qui acceptent de délivrer des faux certificats de vaccination. Il est ainsi apparu que quelques échanges sur internet permettent de se procurer les coordonnées de médecins qui n’hésitent pas à apposer leur tampon sur un carnet de santé sans avoir pratiqué l’injection. Cependant, ces praticiens ne font que rarement l’objet de poursuites par les instances ordinales, en l’absence de signalements directs (notamment parce qu’ils sont souvent très activement soutenus par leurs patients). Néanmoins, depuis quelques années, la vigilance est accrue parmi ceux qui souhaitent défendre l’importance de la vaccination et quelques cas ont pu être révélés et des sanctions prononcés.

Une argumentation peu solide

Ainsi, le Conseil national de l’Ordre des médecins vient de confirmer sa décision de radiation à vie d’un médecin généraliste d’Annecy. L’affaire avait été mise à jour par un père de famille qui récemment divorcé redoutait que les vaccinations inscrites sur le carnet de santé de sa fille n’aient pas été réellement effectuées, en raison des convictions très hostiles à la vaccination de la mère de l’enfant. Des sérologies réalisées en août 2013 pour le tétanos, la poliomyélite, la diphtérie et la coqueluche avaient confirmé l’absence d’anticorps.

Après la plainte du père contre le médecin généraliste ayant signé le carnet de santé, une enquête avait mis en évidence plusieurs faits confondants : d’abord une erreur sur le numéro de lot (qui correspondait à un vaccin adulte contre les diphtérie/tétanos/polio et non au vaccin Pentavac prétendument administré) et par ailleurs le fait que le médecin choisi par la mère consultait à Lyon, quand la famille vivait à Annecy.

Les arguments avancés par le praticien pour se justifier n’ont pas su convaincre. Il avait affirmé que l’administration d’une dose homéopathique du vaccin pour adulte après le Pentavac pour atténuer la douleur avait pu empêcher la séroconversion et suggéré que la mère l’avait choisie pour pouvoir vacciner son enfant sans que ses proches n’en soient avertis. Les médecins du conseil de l’Ordre ont cependant préféré s’en tenir aux résultats sérologiques (et notamment au fait qu’après une administration du vaccin à l’automne 2013, les anticorps étaient parfaitement détectables) pour prononcer la radiation à vie du praticien, qui sera effective à partir du 1er février.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (11)

  • Un père de famille exemplaire. Un Conseil de l'Ordre courageux.

    Le 23 janvier 2017

    Pour encourager la vaccination, il faut offrir à chaque vacciné pour chaque injection un gracieux tatouage (ou marque au fer rouge ?) sur la joue droite (avant de tendre l'autre), visible (signe religieux ostentatoire ?) : outre la reconnaissance populaire et l'estime générale (puisqu'ils sont vaccinés pour protéger la collectivité), cela leur vaudrait avantages tarifaires (treize vaccins à la douzaine ou trois injections pour le prix de deux), priorité pour les nouveaux vaccins, pour l'admission dans les services d'urgence des hôpitaux, minoration des franchises de soin, tarifs préférentiels pour les assurances décès et les contrats obsèques, gravure de leur nom sur le monument local des vaccinés, carnet de santé plaqué marbre.

    Et pour les stakhanovistes de la vaccination: publication annuelle de leurs scores de vaccinations et du montant de leur ROSP, du taux de renouvellement de leur clientèle, plaque de recommandation avec 1, 2 ou 3 seringues selon leur classement au guide Sanofischer, cérémonie annuelle des Pasteur de bronze, argent, or, invitations régulières aux débats télévisés entre lauréats, enseigne lumineuse clignotante, priorité d'admission au conseil de l'Ordre, à l'Académie de Médecine…

    Jean-Pierre Eudier

  • Patamedecine

    Le 23 janvier 2017

    Message clair pour les medecins proches de la patamedecine.

    Dr Bernard Buguet

  • Vacciner ou ne pas vacciner, mais assumer

    Le 24 janvier 2017

    La tentation est grande et les pressions multiples, raison de plus pour ne pas faire de faux certificats médicaux.
    Je ne comprend pas la réaction de JP Eudier : le père de famille a pris ses responsabilités, le COM aussi, et si notre confrère incriminé n'aime pas vacciner qu'il ne le fasse pas !

    Dr F.Chassaing

  • Ppour les médecins opposés à la vaccination

    Le 24 janvier 2017

    Afin que les patients n'aient pas de doute, les médecins qui refusent de vacciner doivent l'indiquer dans une lettre manuscrite à l'Ordre qui leur fournira un affiche officielle que le médecin devra apposer de manière parfaitement visible dans sa salle d'attente. Il devra être avisé que s'il ne le fait pas, il sera poursuivi par l'Ordre.

    Le Dr Eudier se croit drôle. Il fait surtout pitié et il constitue une injure à la Médecine.

    Dr Guy Roche

  • Antivaccinalisme vs Antivaccins.

    Le 24 janvier 2017

    Antivaccinalisme signifie une opposition au vaccinalisme qui est la religion du vaccin. Pourquoi ne serait-on pas antivaccinaliste avec ce que l’on constate. Pour simple preuve l'interventinon du Pr. Jocelyne Joly sur France Inter à 9:48 dans le 8 à 9 de Patrick Cohen de ce matin.
    A distinguer donc d’antivaccins. Il ne s’agit pas de s’opposer à des vaccins qui ne sont que des produits qui pourraient rester dans les frigos mais à cette religion du tout vaccin qui veut s’infiltrer partout, dans nos corps, nos cellules, notre ADN mais aussi dans nos esprits et nos consciences.
    Je suis antivaccinaliste et je l'assume.

    Jean-Pierre Eudier

  • Anti-ci anti-là

    Le 24 janvier 2017

    Pouvez-vous préciser, Mr JP Eudier (Dr ?) vous êtes "pour" quel(s) vaccin(s) ? Et quels sont vos arguments ?
    Religion du vaccin, dites-vous ? Mais ça n'est pas une croyance, c'est juste une réalité. Ce qui fait qu'on en parle tant, ce ne sont pas ceux qui vaccinent, ce sont les "croyants", ceux qui croient aux infos balancées sans preuves sur internet et accusent les autres d'empoisonner leurs bambins. Une intervention d'un médecin sur France inter est pour vous une "Preuve"...Je ne sais pas ce qu'a dit ce médecin mais si elle a conseillé des vaccins, en quoi est-ce anormal ?

    Vous auriez voulu qu'on invite Mr Joyeux ? (oui Monsieur, il n'est plus médecin). Un médecin ne doit pas seulement soigner mais prévenir, et les vaccins constituent une victoire anti-infectieuse qui tient la route, l'antibiothérapie étant mise en grande difficulté par l'antibiorésistance. Que ne transformez-vous votre antivaccinalisme en anti-antibiothérapisme ? Voilà une belle cause.

    Dr Blandine Courtot

  • Faux et usage de faux mais vraie et forte sanction

    Le 24 janvier 2017

    Faux et usage de faux, simplement mais inacceptable.

    La sanction est un peu sévère car si nous radions à vie tous les médecins ayant fait un certificat de complaisance; alors beaucoup de médecins feraient un autre job faute de pouvoir continuer à exercer.

    Le CO a eu la main lourde mais il fallait caresser la ministre dans le sens du poil puisque sa position était ferme. Une habitude du CO bienveillant...à l'égard du pouvoir et dans le climat actuel.

    Dr Christian Trape

  • Ce qui est simple est faux....

    Le 26 janvier 2017

    ... mais ce qui ne l'est pas est inutilisable (Paul Valéry)

    "Religion" du vaccin ?
    Ou tout simplement empirisme rationalisé au mieux, ce qui est toujours le cas en médecine.

    De ce que je peux induire des interventions de Jean Pierre Eudier et Serge Rader, c'est leur adhésion à une conception holistique vitaliste archétypique de la nature (de type Jungien en psychanalyse, taoïste en extrême orient), opposée à la vision atomiste, analytique et géométrique de la pensée occidentale.

    Cette opposition n'est pas nouvelle: c'est celle des aristotéliciens et stoïciens finalistes (la nature agit en fonction de causes finales), opposée à celle des atomistes grecs (il n'y a qu'atomes et vide, il n' y a pas de causes finales, seulement hasard et nécessité); ces derniers étaient considérés, d'ailleurs, comme des "athées".

    De quel côté se situerait alors la "religion vacciniste"?

    Dr YD

  • Orientation de la pensée bienséante

    Le 28 janvier 2017

    Nous avons vu les "conclusions" de la commission initiée par notre ministre de la santé et qui avait pour but avoué "comment redonner confiance en la vaccination".

    Pour avoir "décortiqué" les quatre-cent et quelques pages du compte-rendu des débats, on est obligé, qu'on le veuille ou non, d'admettre que les partisans de la vaccination généralisée sont d'une partialité affligeante, partialité qu'ils s'empressent de "mettre sur le dos" de ceux qu'ils appellent les "inconscients d'en face"...

    Or, pour tenter de faire bonne mesure, il était invité dans ces débats, un représentant de la Ligue pour la Liberté de la vaccination (j'insiste sur le mode LIBERTE et non pas opposition!), qui a pu s'exprimer à deux reprises une première fois dix minutes et une deuxième fois une vingtaine de minutes. Mais comme ces interventions avaient la fâcheuse tendance à émettre des doutes sur la fiabilité des vaccins (preuves à l'appui) ces interventions ont tout simplement été occultées. Passées à la trappe de la censure...

    Comment peut-on donc faire confiance ainsi à un "système" qui n'admet que et seulement ce qui va dans son sens ? Aucun dialogue n'est possible, aucune remise en cause scientifique , aucune question n'est possible.
    Pourquoi ? C'est toute la Médecine qui se discrédite en agissant ainsi.
    Et ce n'est pas ainsi qu'elle pourra "redorer son blason"...
    Car c'est précisément avec cette attitude arrogante et sectaire (je pèse chaque mot) qu'elle fabriquera elle-même les éléments de la défiance dont elle est de plus en plus l'objet

    Daniel Buob

  • Du bon usage du certificat au bon usage du vaccin

    Le 29 janvier 2017

    Je reprend le cours des échanges suite à cet article.
    Concernant le certificat et la main lourde du CO, je n'ai pas d'avis. Pour me situer, je pense toutefois qu'un faux certificat de vaccination (affirmant sans ambiguïté la protection vaccinale contre le tétanos, la diphtérie et la poliomyélite, affections que je suis heureux de ne plus voir en France) est plus grave que le "certificat de complaisance" , genre arrêt de travail de 8 jours au lieu de 4.

    Concernant le débat sous jacent (vacciner ou ne pas vacciner) je respecte tout à fait les doutes de mes confrères, surtout après la pantalonnade de la grande conférence sur la vaccination : comme Daniel Buob, nous autres médecins ne devrions pas cautionner ce genre de messe institutionnelle, et ce que notre confrère rapporte je le partage complètement ; au nom du conflit d'intérêt (que notre ministre invoque bien généreusement contre nous quand ça l'arrange), nos confrères participants auraient dû s'abstenir, et contrairement à D.Buob je ne me suis même pas donné la peine de lire le produit des "débats".

    Nos amis anglais ont conduit il y a plusieurs années une étude scientifique sur les médecines parallèles, car le Prince de Galles avait reproché à la Royal Academy de ne pas suffisamment s'y intéresser. La Royal Academy a donc conduit SEULE, de manière scientifique et avec toutes les limites que cela suppose dans ce domaine parfois ésotérique mais très clairement énoncées, une étude, laquelle a passé le comité de lecture du BMJ, et sur laquelle on a pu discuter sérieusement.

    Voici le genre d'étude qu'il nous faut pour la vaccination, la propagande ministérielle n'est pas de notre ressort , et nous n'avons pas à en tenir compte.
    Donc la vaccination : on peut encore en discuter.Mais le certificat médical : non !

    Dr F.Chassaing

  • Quelle compétence en vaccinologie ?

    Le 07 février 2017

    M. Jean-Pierre Eudier est...selon internet, un dentiste français devenu négociant en matériel de dentisterie au Luxembourg (MAECOLUX). On aimerait bien savoir en quoi cela lui donne une compétence en vaccinologie. D'autant que c'est un fan du ci-devant Dr Joyeux, que ses commentaires soutiennent (donc un "antivax" notoire) :

    "A l'heure où le Pr. Henri Joyeux vient d'être radié du conseil de l'Ordre des médecins pour ses prises de positions dérangeantes au prétexte de manque de fondement scientifique..."

    http://www.breizh-info.com/2016/07/07/46141/penser-vaccin-contre-tetanos

    ou encore :

    "le Pr. Joyeux n'a aucunement manqué aux lois de l'honneur et de probité qui régissent la profession médicale."

    http://www.24matins.fr/vaccins-le-pr-joyeux-attaque-par-lordre-des-medecins-201436

    Quand on sait que M. Joyeux laisse entendre que la propolis des abeilles diminue de 40% les métastases chez l'animal ; que le miel améliore la mucoviscidose ; que les piqûres d'abeilles peuvent guérir la SEP et la SLA (53:35), à propos d'une SEP prétendue guérie par "les produits de la ruche et de l'apipuncture" ; que le tétanos n'existe plus en France (1:00:25) ;
    https://www.youtube.com/watch?v=6A39tuwa6oc

    Excellente aussi, cette vidéo où il explique que le lait de vache est trop chargé en calcium dont l'excès altère les neurones (sur le sujet "Parkinson et Alzheimer" : je cite : "le neurologue, il sait où est le cerveau, mais l'estomac, il a oublié") et provoque des cancers coliques, oui, le calcium :
    https://www.youtube.com/watch?v=wYG-7Tu0pRE

    Alors, après cela, si vous croyez encore ce qu'il raconte sur les vaccins, c'est à désespérer.

    Dr Anne-Claire Moreau

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.