Vers un isolement obligatoire des malades ?

Paris, le vendredi 20 novembre 2020 – Le gouvernement envisagerait de mettre en place des mesures coercitives d’isolement des personnes contaminées. Mais la solution ne ferait pas l’unanimité au sein de l’exécutif.

« Dans cette nouvelle étape qui s’ouvre dans la lutte contre l’épidémie, est-ce qu’il ne faudrait pas avoir un isolement des cas contacts et des cas positifs avec des sanctions ? ». Interrogé par nos confrères de France Info ce vendredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal ne fait ici qu’évoquer une proposition de certains membres de la majorité et notamment du député Olivier Becht, qui souhaite mettre en place un isolement obligatoire des malades du Covid-19, avec contrôles et amendes pouvant aller jusqu’à 10 000 euros. « La piste est sur la table » selon le ministre.

Tester, tracer, isoler sont les trois mamelles de la France

Alors que notre pays devrait rentrer, à partir du 1er décembre prochain, dans une nouvelle phase de déconfinement, qui devrait être plus lent et plus progressif qu’au printemps dernier, les autorités souhaitent tout faire pour éviter une troisième vague de l’épidémie. Lors du premier déconfinement (piloté par Jean Castex), elles avaient misé sur le triptyque « tester, tracer, isoler ». Sur les deux premiers points, les services sanitaires avaient réussi à relever le défi : la France réalise plusieurs millions de tests par semaine et l’Assurance maladie parviendrait à retrouver près de 80 % des cas contacts.

Mais c’est sur le troisième point que le bât blesse. Selon les consignes de l’Assurance maladie, toute personne testée positive doit s’isoler durant 7 jours à compter de l’apparition des symptômes ou de la réalisation du test. Les cas contacts doivent également s’isoler durant 7 jours après le dernier contact avec la personne positive puis se faire dépister. Mais il s’agit de simples recommandations : l’Assurance maladie se contente d’envoyer un SMS aux personnes pour leur demander de s’isoler, sans réaliser le moindre contrôle. Or, beaucoup ne veulent pas ou ne peuvent pas s’isoler. En mai dernier, le gouvernement avait un temps envisagé de réquisitionner des hôtels pour isoler les malades, mais l’opération avait rapidement tourné court.

Pour de nombreux spécialistes, l’absence totale d’une politique d’isolement efficace explique que la France ne parvienne pas à contrôler l’épidémie sur le long terme. « Cela ne sert à rien de tester des millions de Français si c’est pour ensuite les renvoyer chez eux lorsqu’ils sont positifs et infecter leur entourage » explique le professeur Philippe Juvin, chef du service des urgences à l’hôpital Georges Pompidou. D’où la proposition de mettre en place un isolement obligatoire des malades, à domicile ou à l’hôtel, avec des contrôles réguliers des agents de l’Assurance maladie, sur un modèle proche de celui du contrôle des arrêts maladies.

Castex et Véran ne sont pas convaincus

Une solution qui nécessite « un débat démocratique » selon Gabriel Attal. L’isolement contraignant des malades nécessiterait en effet une modification de la loi, qui ne prévoit actuellement aucune mesure en ce sens. Le Premier Ministre Jean Castex a d’ailleurs annoncé que la question de l’isolement obligatoire serait à l’ordre du jour de sa consultation avec les chefs des principaux partis politiques français ce vendredi.

Il semble en tout cas que la mesure est loin de faire l’unanimité au sein de l’exécutif. En visite dans un hôpital de Brest, Jean Castex a mis en garde contre un « problème redoutable », celui que l’isolement obligatoire conduise les individus à refuser de se faire dépister.

Après avoir reconnu que la question « fait l’objet d’un débat », le ministre de la Santé Olivier Véran s’est dit lui « pas convaincu » par la nécessité d’une telle mesure. Il a en effet rappelé que la France n’avait jamais isolé de manière contraignante les malades dans son Histoire, « y compris pour des maladies très contagieuses comme la tuberculose » et que les pays qui avaient adopté cette solution étaient également frappés par la deuxième vague. En effet, certains pays européens qui sanctionnent la violation de l’isolement de lourdes amendes (jusqu’à 600 000 euros en Espagne en cas de récidive) se trouvent actuellement dans une situation épidémique aussi difficile que la nôtre.

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Isolement et épidémie, jamais dans l'Histoire de France ?

    Le 21 novembre 2020

    La France - "dans son Histoire" - a bien ordonné des quarantaines ou des isolements, parfois coercitifs.... C'était certes rare (comme les épidémies) mais c'est arrivé !

    - 1955, Vannes, cluster de variole (patient zéro, un soldat revenant d'Indochine, pourtant vacciné) avec isolement par la gendarmerie et (re)vaccination généralisée ;
    - 1892, choléra, isolement systématique des malades (le choléra a sévi aussi dans les décennies précédentes, notamment dans les années 1830 et 1850) ;
    - 1720, Provence, peste, cordon sanitaire assuré par l'armée du Roi...

    Après le ministre n'a pas tort : on ne peut comparer des mesures d'un autre temps, justifiées par une mortalité importante, à celles requises par une maladie dont la létalité générale est d'environ cinq pour mille, accrue par le fait que notre population est bien plus âgée et bien plus nourrie (surcharge pondérale) que dans les siècles précédents.

    Une remarque cependant : un confinement généralisé, ça ne ressemble pas, un tant soit peu, eu à isoler tout le monde parce qu'on ne saurait (pourrait) pas isoler malades et cas-contacts ?

    Dr Jean-Jacques Arzalier

  • Droit

    Le 21 novembre 2020

    Merci Nicolas Barbet.
    Le droit d'être contagieux n'existe pas.
    Par contre existe la mise en danger d'autrui par non respect d'une obligation particulière de prudence. Etc
    C'est exact qu'on n'a pas obligé les tuberculeux à s'isoler. Jusqu'à ce cas de tuberculose multi résistante qui a fait des cas secondaires.
    Pas plus que cet effréné HIV+ qui a contaminé tant de gamines.
    Quand on a essayé de faire bouger les procureurs ils ne comprenaient pas ce qu'on craignait.
    Le vrai virus qui pourrait mettre tout le monde d'accord c'est celui qui sortira du singe. Le pangolin est un amateur.

    Dr Didier Marc Poisson

  • Bureaucratiques foutaises ...

    Le 23 novembre 2020

    ...la Nouvelle Caledonie est LA SEULE collectivité territoriale française à avoir su prendre d'emblée les mesures sanitaires nécessaires, et est actuellement TOTALEMENT EPARGNEE. On y mène la même vie qu'avant depuis la sortie du confinement en juin.
    En Nouvelle Caledonie, l'isolement des cas confirmés (ne nécessitant pas hospitalisation) en hôtel est (était ?) OBLIGATOIRE, PAYE PAR LA COLLECTIVITE, et CONTROLE 2 FOIS PAR JOUR, test hebdomadaire confirmant la négativité et tout le toutim... Avec évidemment suivi médical QUOTIDIEN.
    Il en est de même pour les personnes autorisées à pénétrer sur l'archipel, même en cas de test covid negatif dans les 3 jours précédents. Demandez donc au ministre des Outre-Mer, il en revient, il y a été contraint même ministre. Ensuite il a pu parcourir l'île sans masque en pratiquant l'accolade très "culturelle".

    Les obstacles constitutionnels ? Quels obstacles constitutionnels ? Chez les broussards, on est pragmatique, on s'encombre pas des fioritures de bureaucrates plus préoccupés d'ouvrir le parapluie administratif que d'être efficaces. Les quérulents qui voudront porter plainte n'ont qu'à le faire, le Tribunal Administratif est là pour ça, et on ne doute pas de ses conclusions.
    Allez, salut les zoreilles, continuer à pomper.

    Dr Pierre Baqué, médecin épidémiologiste retraité de la FPNC

Réagir à cet article