Fini de rire ?

L’usage détourné de protoxyde d’azote a connu une explosion ces dernières années : les signalements rapportés au réseau d’addictovigilance ont quintuplé entre 2019 et 2020. Les mineurs sont également de plus en plus fréquemment concernés. Effet de mode, accessibilité et prix expliquent cet engouement qui inquiète de nombreuses villes qui ont multiplié les campagnes de sensibilisation ces derniers mois.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article