Les semaines précédentes

Double aveugle

En ce 4 janvier, où l’on célèbre l’invention de l’écriture braille, cette campagne irlandaise rappelle les difficultés supplémentaires engendrées par les « gestes barrière » pour les aveugles. Au-delà, cette opération de sensibilisation signale la difficulté particulière de la période actuelle pour les personnes handicapées. Enfin, certains verront dans cette image, une triste représentation des tâtonnements de nombreux gouvernements face à la pandémie.

Le King de la vaccination

Les débuts du vaccin Salk contre la poliomyélite avaient été difficiles aux Etats-Unis. D’abord, un lot défectueux, car mal inactivé, entraîne des effets secondaires graves et suscite une forte défiance au sein de la population. Ensuite, beaucoup considèrent à tort que seuls les nourrissons doivent se faire vacciner. C’est dans ce contexte que le héros de la jeunesse américaine, Elvis Presley, se fait vacciner devant les caméras de télévision le 28 octobre 1956. Le sourire de la star qui immédiatement après exécute son célèbre déhanché aurait eu un impact certain sur de nombreux jeunes américains et contribué à relancer une vaccination qui a permis en quelques années d’éradiquer la poliomyélite aux Etats-Unis et bientôt presque partout dans le monde.

Esprit de Noël

Une grande partie du monde se prépare à célébrer les fêtes de fin d’année dans une ambiance particulière. Même dans les pays où les restrictions de circulation ont été levées (comme en France), de nombreuses recommandations transforment les rassemblements familiaux habituels. Aux Etats-Unis, le spécialiste des maladies infectieuses, Anthony Fauci, veille y compris sous forme de décoration dans les sapins après que son principal message a été diffusé toute l’année sur des millions de tasses et de tee-shirts.

Un succès regrettable

Toutes les associations caritatives témoignent qu’elles sont particulièrement sollicitées en cette fin d’année ; les mesures de confinement et la suspension de nombreuses activités accroissant la précarité de centaines de milliers de personnes. Ainsi, la célèbre association Les Restos du cœur ne peut que constater avec regret son succès.

Annus horribilis, vraiment ?

La une du célèbre magazine Time assure que 2020 a été la pire année de l’histoire. Cette affirmation a fait frémir un grand nombre d’observateurs… y compris au sein du JIM. Que penser en effet pour le seul 20ème siècle, des années de guerres mondiales avec leurs dizaines de millions de morts du fait des combats ou des épidémies, de celles qui ont suivi… sans parler du fait que ceux qui ne vivent pas en occident (et qui représentent plus de la moitié de l’humanité) subissent chaque année des calamités majeures (guerres, famines, catastrophes naturelles …). La rédaction du Time a tenu à préciser que 2020 serait la pire année de mémoire d’homme… Une correction qui ne permet pas totalement d’adhérer à une appréciation qui paraît manquer de mesure.

Puisqu’il faut vous faire un dessin

Alors que les livres de médecins sur la Covid-19 sont très nombreux, le professeur Karine Lacombe se démarque en proposant un roman graphique où on peut suivre en dessin et en bulles ses réflexions et son parcours de femme médecin, qui n’a pas hésité, sur le sujet notamment de l’hydroxychloroquine, à affronter sereinement et avec « virilité » des détracteurs qui ont parfois ajouté, à la mauvaise foi et à l’absence de rigueur scientifique, le machisme.

Parents, mode d’emploi

Alors que la journée mondiale des droits de l’enfant, le 20 novembre, a rappelé l’ampleur des maltraitances subies par les enfants, l’association Enfance et Partage propose des actions de prévention. Sa ligne d’écoute offre ainsi de soutenir ceux qui se sentent parfois déroutés par les difficultés de l’éducation de jeunes enfants.

Des héros très discrets mais très efficaces

Dans une campagne pleine d’humour, les Allemands imaginent un futur où ceux qui avaient vingt ans en 2020 se souviennent de cette époque très particulière où ils ont été appelés à monter au front, à passer à l’action… en ne faisant rien, absolument rien !

Mission diabète

Ce 14 novembre, la journée mondiale du diabète mettra l’accent sur le rôle prépondérant que peuvent jouer les infirmières dans la prévention, le repérage, la prise en charge et l’éducation des patients atteints de ce trouble métabolique.

Espoir et solidarité

Après huit mois de fermeture le Machu Pichu vient de rouvrir ses portes aux touristes. C’est un signe d’espoir important pour le Pérou qui est un des pays qui a été le plus durement touché par l’épidémie de Covid-19 (plus de 1000 morts par million d’habitants) et qui connaît depuis de longs mois des mesures restrictives drastiques. Face à cette épreuve, l’espoir symbolisé par ce mur de messages à Lima et les appels à la solidarité restent les maîtres mots.

Héros oubliés

Du biologiste médical qui aujourd’hui joue un rôle essentiel face à l’épidémie de Covid au pharmacien d’officine qui est au premier plan pour délivrer masques et recommandations quant aux gestes de protection face à la Covid, les pharmaciens sont des héros très discrets dont les missions sont parfois mal connues du grand public. Cette campagne de l’Ordre des pharmaciens les met dans la lumière.

Trois fois rien

Ne pas sous-estimer certains signes et consulter en cas de doute, tel est le message simple de la campagne « Aidez-nous à vous aider » régulièrement déployée par le National Health Service (NHS) britannique. Ce message, alors que l’épidémie de Covid-19 a parfois dissuadé certaines personnes de consulter revêt une dimension particulière.

Dépression masquée ?

La journée mondiale de la santé mentale, le 10 août, a été pour l’Organisation mondiale de la Santé, l’occasion d’inciter le monde entier à s’investir davantage dans ce domaine. Depuis l’épidémie de Covid-19, de nombreux pays du monde ont renforcé leur attention sur ce thème, constatant notamment les risques psychiques liés à l’épidémie de Covid-19 sur l’ensemble des populations.

Aider ceux qui aident

La maladie ou le handicap d’un proche est déjà une épreuve. A celle-ci s’ajoutent les difficultés liées à son accompagnement au quotidien. Aujourd’hui, les « aidants » se mobilisent pour une meilleure reconnaissance des pouvoirs publics et font du « répit » le thème central d’une journée nationale qui leur est dédiée le 6 octobre.

Cœur de cible

La désertification médicale dans les localités rurales impose à ces dernières de rivaliser d’ingéniosité pour attirer de jeunes praticiens. La commune de Val-au-Perche (Orne) qui compte 3 620 habitants a décidé d’adopter un ton percutant et décalé pour vanter les mérites de l’exercice médical en son sein.

Toutes les images de la semaine