Les semaines précédentes

Pas besoin de débat

La journée internationale de lutte contre les mutilations génitales et notamment l’excision est une des rares manifestations qui se passe de débat : interdire partout ces actes en empêchant la participation des équipes médicales et en promouvant leur implication dans le signalement des situations à risque sont des priorités incontestables.

A bon entendeur

Cette campagne de l’Association française pour l’étude du foie qui vient d’être saluée par un prix dans la catégorie « Santé publique » au Festival de la Communication Santé rappelle que la lutte contre l’hépatite C passe non seulement par des médicaments efficaces aujourd’hui disponibles mais également par un message simple et compris de tous quant à l’existence de la maladie et de ses traitements.

De bouche à oreille

Les pouvoirs publics mettent en place le dépistage systématique organisé du cancer du col de l’utérus. Alors que les autres programmes de ce type n’ont pas rencontré le succès espéré (au-delà de l’efficacité restreinte de certains), les autorités sanitaires veulent prouver qu’elles ont appris de leurs erreurs en plaçant le dialogue médecin/patiente au centre du dispositif. A bon entendeur.

Invisible ne veut pas dire inoffensif

Cette récente campagne québécoise rappelle l’impact de la violence psychologique qui peut accompagner (ou non) les violences conjugales physiques. La sensibilisation à ce phénomène insidieux et souvent mal compris et mal connu est essentielle pour permettre aux victimes de parler et aux coupables de mieux comprendre les conséquences de leurs actes.

Plutôt le dry January que le dry Martini !

Le jaune qui occupe la Grande-Bretagne aujourd’hui porte un gilet de sobriété : l’opération Dry January. Elle invite à éviter la consommation d’alcool durant tout le mois, après les excès des fêtes de fin d’année et pour prendre de bonnes résolutions. Dry January est renouvelée, dans un pays où la santé publique est loin d’être à sec de vraies bonnes idées… populaires ou non !

Ligue des gentlemen et ladies volontaires

Le National Health Service britannique vient de lancer une campagne dont l’objectif est de doubler d’ici trois ans le nombre de volontaires bénévoles qui assistent les centres de soins dans leurs missions administratives et de soutien aux patients. Plus de 78 000 personnes consacrent aujourd’hui un peu de leur temps à transporter des médicaments, aiguiller les malades ou encore rafraichir des salles d’attente. Constatant les bénéfices de cette « armée », le NHS a lancé un nouveau programme de recrutement. Un appel aux bonnes volontés qui pourrait séduire certains décideurs français, même si les différences de mentalités et d’organisations pourraient être un frein certain !

Avoir l’esprit moins embrumé

Alors qu’il est possible de consommer librement du cannabis depuis le début de l’année en Californie, la ville de San Francisco vient de lancer une campagne à destination des plus jeunes afin de revenir sur certaines idées reçues concernant cette substance psychoactive. Elle revient notamment sur la dangerosité supposée moindre des produits dits « naturels » ou « comestibles », afin d’éclairer les consommateurs potentiels.

Bon genre

Si l’on compte en France quelques hommes exerçant la profession de sage-femme, au Québec il a fallu attendre ce printemps pour qu’un homme obtienne pour la première fois le diplôme de maïeuticienne de l’Université du Québec à Trois Rivières. Pour saluer cette première, un documentaire a été réalisé sur le parcours de Louis Maltais, qui aime à rappeler que le mot anglais « midwife » signifiait originellement « avec la femme ».

Ne plus fermer les yeux

Le ministère de la Santé a lancé la semaine dernière une nouvelle campagne de sensibilisation vis-à-vis des violences subies par les enfants dans le cadre familial. Le spot rappelle les différentes violences existant : physiques, psychologiques, sexuelles ainsi que les négligences. Il insiste sur le fait que tout le monde peut être concerné et que dans le doute chacun doit agir.

Hippocrate contre hypocrites ?

La National Rifle Association (NRA) a récemment reproché aux médecins américains (qui dénoncent la dangerosité des armes à feu et appellent à un renforcement des contrôles) de se préoccuper de ce qui ne les concerne pas. Les praticiens ont riposté sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter en signalant que la prise en charge des victimes des armes faisait partie de leur pratique quotidienne et était donc pour eux une préoccupation légitime.

Une autre forme de planification

Ce 13 novembre est organisée la journée mondiale de la vasectomie. Pratique rare en France, elle est plus largement répandue aux Etats-Unis, tandis que certaines organisations défendent en Afrique (comme ici au Kenya ou au Rwanda) les mérites de cette méthode de maîtrise des naissances, dans des pays où l’accès à la contraception classique est difficile.

Aux grands chirurgiens…

Le traumatisme des gueules cassées a symbolisé aux yeux de tous les ravages de la première guerre mondiale. Il est cependant également un symbole des progrès réalisés par la chirurgie réparatrice, qui a su mettre au point de nouvelles méthodes (dont cet appareil) pour offrir une reconstruction acceptable aux poilus défigurés et jeter les bases d’une discipline qui a récemment connu avec les greffes de visage de nouvelles étapes majeures.

A bouche que veux-tu ?

Santé Publique France propose une campagne "osée" sur la sexualité des adolescents et jeunes adultes. Elle rappelle que le dialogue et le consentement sont essentiels et ne sauraient être tabou, en faisant allusion à d’autres types de pratique qui peuvent pour leur part alimenter les conversations. Avec ses codes peu habituels dans les campagnes officielles, cette campagne vise directement à son cœur de cible.

Publicités fumeuses

Le Canada est devenu la semaine dernière le deuxième pays à légaliser l’usage du cannabis à des fins récréatives. L’application de cette règle est cependant différente en fonction des provinces. Ainsi, le site internet du Nouveau-Brunswick dédié à la légalisation du cannabis détonne par rapport à ceux des autres provinces. Les images et messages très positifs pourraient contrevenir à la réglementation nationale qui prohibe les discours promotionnels. Ainsi, Santé Canada a décidé un examen plus approfondi de ce portail et pourrait inviter le Nouveau-Brunswick à revoir sa copie.

Et le bonheur dans tout ça ?

La Fondation Fondamental et ses partenaires proposent d’aborder la schizophrénie sous un angle peu habituel. Elle donne la parole aux patients et à leurs proches, afin qu’ils évoquent, en dépit de la maladie, leur construction du bonheur et plus humblement de leur vie sociale.