41 % des PH sont prêts à quitter l’hôpital à cause de la PDS

Selon un sondage mené auprès de 7 500 médecins par l’intersyndicale Action praticiens hospitaliers (APH), 41 % des PH se disent prêts à quitter l’hôpital public à cause de la permanence des soins (PDS), tandis que seulement 24 % se disent sûr de rester. 40 % des médecins interrogés qualifient les gardes et astreintes de « corvée » et 88 % jugent que la PDS est « mal ou très mal payée ».



Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • On nous mène en barque

    Le 29 juin 2022

    J'étais praticien hospitalier spécialiste en CHU. Les gardes (rémunérées en tant que telles et donnant droit a un repos compensateur le lendemain) ont été remplacées par des "astreintes" non payées, sauf si on se déplace (une consultation, 25 euro) parfois 4 fois dans la nuit...se lever a chaque fois, prendre le volant parfois sous la neige. Et pas de repos compensateur le lendemain.
    Si il y avait une endoscopie a faire : une heure et demie de manœuvre pour nettoyer l'endoscope et préserver la fibre optique : pas d'aide soignant dédié a ce poste. Retour au lit a 3h du mat chez soi et le téléphone re-sonne à 4h15.

    Est ce conforme au droit du travail ? Oui car ce travail de nuit est qualifié hypocritement d'astreinte et non pas garde de nuit. Donc pour la direction, on peut en avoir 7 par mois en été, deux de suite, tout le monde s'en fout. Une remarque a été faite au médecin du travail du CHU qui n'a bien sur pas abouti. Salut les CHU et CH absurdes : démission en 2013 à 45 ans. A cause des astreintes et de l'ambiance globalement pourrie par le mépris de l'administration envers tous les soignants.
    On ne traite pas des personnels ayant de telle responsabilités comme des bêtes à épuiser. Et des fibroscopistes expérimentés qui deviennent nettoyeurs d'endoscopes à deux heures du matin se rebellent : ils partent, quelle surprise. Des postes semblables au mien sont vacants depuis des années dans des centres hospitaliers, mais faut il s'en étonner ?
    Dr Isabelle Herry

Réagir à cet article