À qui profite le plus l’ajout d’ézétimibe après un SCA ?

Il a été montré que l’administration d’ézétimibe en plus d’une statine réduisait le risque d’événements cardiovasculaires (CV) dans les suites d’un syndrome coronaire aigu (SCA). On ignorait cependant jusqu’alors si certains biomarqueurs pouvaient aider à identifier un sous-groupe de patients susceptibles de tirer un plus grand bénéfice de la mise sous ézétimibe. Qamar et coll. ont donc examiné les taux de biomarqueurs bien établis chez des patients victimes d’un SCA recevant une statine avec ajout ou non d’ézétimibe.

L’étude a été menée à partir des données de IMROVE-IT (Improved Reduction of Outcomes: Vytorin Efficacy International Trial), essai randomisé, mené en double aveugle et comparant, après un SCA, l’effet préventif de l’association ézétimibe/simvastatine vs placebo/simvastatine sur la survenue d’une récidive d’événements CV.

Les taux de 4 biomarqueurs ont été mesurés chez 7 195 patients en état stable : troponine T ultrasensible (US), N-terminal pro–BNP (brain natriuretic peptide), facteur 15 de croissance, CRP (C-reactive protein) ultrasensible (US).

Une élévation du taux de chacun de ces biomarqueurs était significativement associée, de façon indépendante, à un plus grand risque de survenue des 2 critères associant soit décès CV/infarctus du myocarde/accident vasculaire cérébral soit décès CV/insuffisance cardiaque (p pour la tendance < 0,001 pour chacun des 2 critères).

Bénéfice maximal quand les taux de trois biomarqueurs sont élevés

Chez les patients qui étaient à risque plus élevé (ce dont témoignait le taux plus élevé des biomarqueurs), l’adjonction d’ézétimibe à la statine, est apparue associée à une plus grande réduction du risque absolu de survenue du critère associant décès CV/infarctus du myocarde/ accident vasculaire cérébral.

Sous ézétimibe, chez les patients à haut risque (présence d’une élévation des taux d’au moins 3 biomarqueurs ; n = : 1 437 patients), le risque absolu a diminué de7,3 % (intervalle de confiance [IC] 95 % : 13,8 % à 0,8 %; p = 0,02) tandis qu’il a diminué de 4,4 % (IC 95 % : 9,7 % à 0,8 %) chez les patients à risque intermédiaire (présence d’une élévation des taux de 1 à 2 biomarqueurs ; n = 3 842 patients), ce qui correspondait à un nombre respectif de 14 et 23 patients à traiter pendant 7 ans.

Quant aux patients à faible risque (absence d’élévation des taux des biomarqueurs ; n= 1 916 patients), ils n’ont tiré aucun bénéfice de l’ajout d’ézétimibe à la statine.

Ainsi, dans les suites d’un SCA, une stratégie thérapeutique basée sur la mesure des taux des biomarqueurs permet d’identifier, parmi les patients à haut risque de récidive d’un événement CV, ceux qui vont tirer le plus grand bénéfice absolu de l’adjonction d’ézétimibe au traitement par statine.

Dr Robert Haïat

Référence
Qamar A et coll. : Biomarkers and Clinical Cardiovascular Outcomes With Ezetimibe in the IMPROVE-IT Trial. J Am Coll Cardiol., 2019; 74: 1057–68.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • A qui ?

    Le 02 décembre 2019

    A Merck-MSD !
    Et sans doute à personne d'autre, si l'on en juge par le NNT et la taille d'effet.

    Dr Pierre Rimbaud

Réagir à cet article