Blitz viral à Londres

Londres, le mardi 12 janvier 2021 – Avec plus de 1 200 décès quotidiens, le Royaume-Uni vit ses moments les plus difficiles depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Au Portugal, on se prépare à un nouveau confinement.

Presque un an jour pour jour après le décès du premier patient atteint du Covid-19 à Wuhan en Chine, le monde est loin d’être débarrassé de la maladie et ce malgré le début des campagnes de vaccination à travers le monde. En Europe, les habitants craignent l’arrivée du nouveau variant du virus, plus contagieux. Au Royaume-Uni où il a été décelé pour la première fois début décembre, il fait déjà des ravages.

Une hécatombe inédite au Royaume-Uni

Outre-manche, les chiffres sont en effet alarmants. Le Royaume-Uni compte environ 65 000 nouvelles contaminations par jour et surtout entre 1 000 et 1 200 morts quotidiens, soit déjà 8 400 décès en 2021. Depuis le début de l’épidémie, ce sont 82 000 Britanniques qui ont été emportés par la maladie, le bilan le plus lourd d’Europe. Selon le professeur Chris Whitty, principal conseiller scientifique du gouvernement, le pays va vivre durant les prochaines semaines « le pire moment depuis le début de l’épidémie ». On compte actuellement plus de 30 000 personnes hospitalisées à travers tout le royaume (contre 18 000 au maximum lors de la première vague du printemps). A Londres, 3 % de la population seraient contaminés.

Partout dans le pays, les médecins et les infirmiers témoignent d’un manque criant de matériel et d’effectif, de leur fatigue et de leur lassitude. Des morgues provisoires ont dû être mises en service dans les régions du Royaume-Uni les plus touchés. Face à cette situation dramatique, le premier ministre Boris Johnson n’a pas eu d’autre choix que de réinstituer, depuis le 4 janvier dernier, un confinement drastique avec fermeture des écoles. Des mesures qui devraient rester en vigueur au moins jusqu’à la mi-février.

Dans ce contexte, les autorités sanitaires font tout pour vacciner la population le plus rapidement possible. Non sans un certain succès : déjà 4 % des Britanniques ont reçu une dose des vaccins Pfizer ou AstraZeneca (soit 2,7 millions de personnes), ce qui fait du Royaume-Uni le leader de la vaccination en Europe. La campagne devrait encore s’accélérer dans les prochains jours avec la mise en place depuis ce lundi à travers le pays d’immense centre de vaccination qui devraient pouvoir vacciner plusieurs dizaines de milliers de personnes chacun chaque jour.

L’objectif du gouvernement est ambitieux et unique en Europe: avoir vacciné 15 millions de personnes d’ici un mois.

Vers un nouveau confinement au Portugal

Dans le reste de l’Europe, la circulation du variant britannique et ses conséquences épidémiologiques inquiètent. Au Portugal, qui a toujours entretenu des relations privilégiées avec le Royaume-Uni, la situation sanitaire s’est brutalement aggravée ces derniers jours. Le pays compte désormais 10 000 contaminations et 120 morts par jour (pour 10 millions d’habitants). Une situation sans précédent pour un pays qui avait jusque là été relativement épargné par l’épidémie (environ 7 900 morts depuis le début de la crise sanitaire).

Le président de la République lui-même, Marcel Rebelo de Sousa, a été testé positif ce lundi, à deux semaines d’une élection présidentielle grandement perturbé par l’épidémie. Agé de 72 ans, le chef de l’Etat a été mis à l’isolement. Le conseil des ministres se réunira ce mercredi pour décider des mesures à prendre pour limiter l’épidémie. Mais le Premier Ministre Antonio Costa a déjà tué tout suspens : il est plus que probable que le Portugal soit à nouveau confiné dès ce jeudi.

Q.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Victime d'un faux positif

    Le 13 janvier 2021

    Bonne nouvelle au Portugal, Marcelo a finalement été victime d'un faux positif. Deux contrôles supplémentaires négatifs sont venus contredire ce premier test.
    Un soulagement pour les portugais qui sont fans de leur président-candidat.

    Caroline Combot (SF)

Réagir à cet article