COVID-19 : l’inquiétude se déplace hors de Chine

Paris, le jeudi 20 février 2020 – Si dès l’annonce d’un foyer épidémique lié à un nouveau coronavirus en Chine, le monde entier s’est montré très attentif et vigilant, les autorités sanitaires ont toujours été globalement rassurantes et l’inquiétude paraissait maîtrisée au sein de l’opinion publique contrairement à ce qui prévalait dans la province de Hubei. Aujourd’hui, cependant, on constate un déplacement : les messages les plus encourageants émanent de Wuhan et de sa région, quand au-delà des frontières chinoises la préoccupation semble gagner du terrain.

De Wuhan à Deauville

Il faut dire que les chiffres chinois confortent la tendance constatée ces derniers jours : moins de 673 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés hier et 114 décès supplémentaires. C’est le quatrième jour de baisse consécutif, tandis que les chiffres ne dépassent plus les données du début du mois. Ces résultats sont très probablement la conséquence du renforcement des mesures drastiques de confinement : toute sortie est en effet désormais interdite dans la province de Hubei, et des vivres ont été placés en bas des immeubles. De telles conditions conduisent aujourd’hui un nombre croissant de ressortissants étrangers à demander à retrouver leur pays. Ainsi, la France organise-t-elle aujourd’hui le rapatriement de 34 nouvelles personnes, dont aucune ne présente de symptôme. Elles seront placées en quarantaine dans un village Pierre et Vacances situé à proximité de Deauville (Normandie), tandis que tout a été organisé au CHU de Caen pour mettre en place d’éventuels isolements médicaux en cas de tests positifs ou de développement de symptômes.

Un foyer en Corée du Sud

Si l’issue des premières quarantaines françaises de rapatriés n’a pas suscité d’inquiétudes compte tenu de l’absence de cas détecté parmi eux, la situation est très différente au Japon où beaucoup redoutent les conséquences du débarquement progressif des passagers du Diamond Princess. Après la sortie de près de 500 personnes hier toutes testées négatives et asymptomatiques, d’autres passagers doivent à leur tour être « libérés » de leur prison flottante. Mais, alors que deux octogénaires contaminés sont mortes ce jeudi, l’opinion publique, échaudée par les nombreuses critiques formulées contre les mauvaises conditions de la quarantaine, se montre très inquiète. Une situation que l’on retrouve également en Corée du Sud, où une quarantaine de personnes ont probablement été contaminées par une femme de 61 ans, membre d’une secte chrétienne et qui ignorait être infectée. La propagation soudaine du virus a conduit les autorités de la ville de Daegu de 2 millions d’habitants à recommander vivement aux habitants de rester chez eux.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Rideau

    Le 20 février 2020

    Fin février, on n'en parlera plus!

    JP Moreau, Epidémiologiste à la retraite

  • Des cas au moyen orient

    Le 21 février 2020

    18 patients en iran dont quelques morts (on envisage d'annuler les pélerinages à Qom ) un au liban qui venait d'Iran, un en Israel etc...
    On est parti pour un bon moment d'aprés le chef du CDC.

    Dr Anne Dien

Réagir à cet article