Covid aux Etats-Unis : la fin de l’épidémie, pas des polémiques

Washington, le mercredi 1er février 2023 – Le président Joe Biden a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire aux Etats-Unis, une décision trop tardive selon ses opposants républicains.

Mais comment n’y-a-t-on pas pensé plus tôt ? Trois ans après le début de l’épidémie de Covid-19 qui a tué des millions de personnes dans le monde, les Républicains, qui possèdent de nouveau la majorité à la Chambre des Représentants des Etats-Unis depuis le 3 janvier, ont eu une idée lumineuse. Ils ont en effet déposé une proposition de loi, qui doit être examinée dans les prochains jours et qui est sobrement intitulée « Pandemic Is Over Act » (« la pandémie est terminée »). Plus sérieusement, cette loi vise à mettre fin à l’état d’urgence sanitaire, mis en place par le Président Donald Trump au tout début de la pandémie en janvier 2020 et qui a été renouvelé tous les 90 jours depuis.

Tout comme dans la plupart des pays du monde, l’année 2022 aura été marqué par un recul de la gravité de l’épidémie de Covid-19 aux Etats-Unis, tout à la fois grâce au variant Omicron, moins pathogène et du fait de la vaccination de masse. On ne compte actuellement plus que 15 000 nouvelles contaminations par jour, contre plus de 800 000 en janvier dernier (mais il faut dire que le nombre de tests a aussi beaucoup baissé) et environ 200 décès quotidiens, comparé aux plus de 3 500 aux pires heures de l’épidémie en janvier 2021.

Une gestion de l’épidémie très politique

A la proposition radicale des Républicains de mettre fin à l’état d’urgence du jour au lendemain, le président démocrate Joe Biden préfère, comme souvent, une position plus modérée. Il a ainsi annoncé ce lundi que l’état d’urgence allait bien prendre fin, mais seulement le 11 mai prochain. « Une fin abrute de l’état d’urgence susciterait le chaos et l’incertitude à travers notre système de santé, que ce soit pour les Etats, les hôpitaux, les médecins et surtout pour des millions d’Américains » a justifié la Maison Blanche. « Plutôt que d’attendre le 11 mai, le gouvernement Biden devrait nous rejoindre et mettre fin à l’état d’urgence » lui répondent les élus Républicains. « L’époque où le gouvernement Biden pouvait se réfugier derrière la Covid pour gâcher des milliards de dollars d’argent public et financer leur programme radical est terminée ».

Un échange musclé qui montre à quel point, même près d’un an après la levée de la plupart des restrictions sanitaires, la gestion de l’épidémie reste un sujet particulièrement clivant aux Etats-Unis. Tout au long de cette crise, chaque camp aura défendu ses positions, parfois jusqu’à l’extrême. Pendant que les Démocrates soutenaient confinements, passes sanitaires et fermeture d’écoles (sans tenir compte des conséquences pour les enfants défavorisés), les Républicains n’ont pas hésité à défendre des positions antiscience, réfutant l’utilité des vaccins et des masques et promettant des traitements alternatifs comme l’hydroxychloroquine ou l’ivermectine.

Encore aujourd’hui, les Républicains n’ont toujours pas digéré les confinements de 2020-2021, perçus comme des atteintes à la liberté américaine. Ils promettent de profiter de leur retour aux affaires au Congrès pour mettre en place des commissions d’enquête et faire rendre des comptes aux responsables de ces politiques, le Pr Anthony Fauci en tête.

Tests, vaccins et médicaments vont redevenir payants

Concrètement, la fin de l’état d’urgence sanitaire impliquera l’abandon de certains pouvoirs extraordinaires de l’administration fédérale, ainsi que la fin des contrôles sanitaires aux frontières. Mais surtout, dans le seul pays occidental où il n’existe pas de système de couverture médicale universelle, cela signifie que les tests, médicaments et vaccins, jusque là pris en charge par le gouvernement, vont redevenir payant.

Si cela ne devrait pas changer grand-chose pour ceux qui bénéficient d’une assurance privée ou qui sont protégés par le système public Medicare (destinés aux personnes âgées et précaires), des millions d’Américains de la classe moyenne vont devoir payer de leurs poches pour se protéger contre la Covid-19. Quand on sait qu’une dose de vaccin coûte 130 dollars et une boite de Paxlovid 530 dollars, l’addition risque d’être salée. Par ailleurs, la fin de l’état d’urgence risque de grandement perturber le suivi de l’épidémie, puisque les Etats n’auront désormais plus l’obligation de remonter leurs données sanitaires au CDC.

Avec 1 133 000 morts depuis le début de la pandémie, les Etats-Unis sont officiellement le pays du monde présentant le plus lourd bilan en valeur absolue (même si les chiffres officiels en Chine et en Inde sont très sous-estimés). Avec 3,4 morts pour 1 000 habitants, les Etats-Unis présentent également une mortalité relative plus élevée que la plupart des autres pays occidentaux comme le Royaume-Uni (3 morts pour 1 000 habitants), la France (2,5 morts) ou l’Allemagne (2 morts).

Grégoire Griffard

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • La science malmenée

    Le 03 février 2023

    Lorsque vous écrivez cette phrase : "Tout comme dans la plupart des pays du monde, l’année 2022 aura été marquée par un recul de la gravité de l’épidémie de Covid-19 aux Etats-Unis, tout à la fois grâce au variant Omicron, moins pathogène et du fait de la vaccination de masse." Pouvez-vous me donner vos références bibliographiques et épidémiologiques permettant d'affirmer que la vaccination de masse a permis un recul de l'épidémie ? En effet, dans la vraie vie, on constate globalement que les pays les moins vaccinés s'en sortent globalement mieux que les pays les plus vaccinés.
    Lorsque vous écrivez cette phrase :"les Républicains n’ont pas hésité à défendre des positions anti-science, réfutant l’utilité des vaccins et des masques et promettant des traitements alternatifs comme l’hydroxychloroquine ou l’ivermectine." Idem, références bibliographiques de l'utilité des masques en population générale sur des individus sains comme cela nous a été imposé. Et pour info Medincell vient de sortir une étude gold standard démontrant l'efficacité de l'ivermectine en prophylaxie. (L'essai SAIVE (NCT 05305560) est une étude clinique de phase 2, multicentrique, randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo, en groupes parallèles). Tout cela est-il vraiment anti-science ou plutôt de l'idéologie sous tendue par de la politique ?

    Dr V Bentolila

  • Démocrate vs Républicain

    Le 03 février 2023

    Peindre les démocrates comme étant pro-science et républicains anti-science est un peu hâtif.
    On se rappellera que les élus démocrates criaient au racisme début 2020 lors des discussions sur la fermeture des frontières vis à vis de la Chine. Où encore Kamala Harris (actuelle vice-présidente, démocrate) qui déclarait en octobre 2020 qu'elle se ferait vacciner si le Dr Fauci le recommandait mais pas si M. Trump le recommandait (voir aussi : https://www.huffpost.com/entry/coronavirus-vaccine-trump-2020-election_n_5f60cc29c5b65fd7b8550ef9 )
    Au final, il s'agit plus de prises de positions partisanes qu'autre chose.

    JM, pharmacien

Réagir à cet article