HbA1c du diabétique de type 1 : lâcher du lest ?

Le traitement intensif du diabète, avec un contrôle strict de la glycémie réduit le risque de rétinopathie et de néphropathie, avec une association forte entre le taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) et les complications. Les recommandations concernant le taux idéal d’HbA1c varie toutefois selon les pays, et, dans un même pays, entre les enfants et les adultes. La recherche d’un taux faible d’HbA1c implique des efforts importants de la part du patient et de sa famille et peut être associée à du stress et un risque augmenté d’hypoglycémie, non sans conséquences. Il est donc intéressant de savoir si la réduction des risques de complications à long terme, obtenue par le contrôle strict de l’HbA1c est telle qu’elle justifie les efforts nécessaires pour atteindre les objectifs et le risque éventuel d’hypoglycémies.

Pour le savoir, une équipe suédoise a réalisé une étude de cohorte qui a inclus
10 398 enfants et adultes atteints d’un diabète de type 1, et suivis pendant 8 à 20 ans après le diagnostic. Les critères principaux d’évaluation étaient le risque relatif de rétinopathie et de néphropathie pour différents niveaux d’HbA1c.

Des objectifs d’HbA1c de 6,5 % à 6,9 % pourraient  être préférables

L’étude ne montre pas de différence significative quant au risque de rétinopathie ni de néphropathie pour un taux moyen d’HbA1c < 6,5 % en comparaison avec un taux maintenu entre 6,5 % et 6,9 %. Les rétinopathies et la microalbulminurie sont légèrement plus fréquentes quand le taux d’HbA1c moyen se situe aux alentours de 7,0 %, tandis que le risque de rétinopathie diabétique pré-proliférative commence pour des taux situés aux alentours de 7,5 %. Quant aux complications sévères, rétinopathie diabétique proliférative et macroalbuminurie, elles apparaissent pour des taux d’HbA1c > 8,6 %. Sans surprise, les hypoglycémies sévères sont plus fréquentes quand l’objectif d’HbA1c est < 6,5 %.

Pour les auteurs, ces résultats devraient inciter les praticiens à s’assurer que les patients diabétiques ne sont pas trop souvent en hypoglycémie et que le traitement n’a pas un impact préjudiciable sur leur qualité de vie, à des niveaux d’HbA1c < 6,5 %. Dans le cas contraire, des objectifs d’HbA1c de 6,5 % à 6,9 % pourraient  être préférables. Il semblerait intéressant d’évaluer l’influence sur la survenue de complications d’autres mesures, telles que le temps passé dans la zone d’objectifs, le temps en hypoglycémie et les variations glycémiques.

Dr Roseline Péluchon

Références
Lind M et coll. : HbA1c level as a risk factor for retinopathy and nephropathy in children and adults with type 1 diabetes: Swedish population based cohort study
BMJ 2019; 366: l4894

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • L'idéal c'est d'avoir une pompe

    Le 04 septembre 2019

    Si l'on traite un diabétique de type 1 avec un schéma basal-prandial avec des insuline ultra-rapides, on le protège des hypoglycémies tardives. L'idéal mais il est coûteux, c'est d'avoir une pompe commandée par un boîtier. Idéal pour des jeunes.

    Dr Guy Roche

  • La pompe pour tous les type 1

    Le 12 septembre 2019

    La pompe pour tous les type 1 jeunes et moins jeunes.
    De même qu'une pompe peut faire des miracles pour régler le basal des type 2 très résistants.

    N. Dugardin, IDE en diabétologie et DT1 lent sous pompe

Réagir à cet article