Hôpitaux d’île de France : comment garder les infirmiers ?

Paris, le jeudi 20 janvier 2022 – Les hôpitaux d’île de France ont de plus en plus de difficultés à éviter une fuite des infirmiers de leurs établissements en raison du coût de la vie dans cette région et en particulier du montant élevé des loyers.

Le Ségur n’aura pas permis de freiner l’hémorragie qui s’est encore accrue avec la crise sanitaire en général et la mise en place de l’obligation vaccinale en particulier.

Dans ce contexte périlleux pour les hôpitaux franciliens, l’ARS d’île de France propose un plan de « fidélisation » des personnels infirmiers. Mais, déjà, on observe des trous dans la raquette ! Ainsi, le dispositif est, pour l’heure, temporaire.

L’ARS Ile de France propose donc des CDD « attractifs » de 6 à 9 mois aux IDE ayant une « expérience polyvalente, notamment en intérim, afin de combler, jusqu’à l’automne 2022, les postes vacants dans les établissements de santé ».

La rémunération s’élèvera à 3 085 € brut/mois (tarif vacataire) avec une prime exceptionnelle de 4 000€ pour un CDD de 6 mois et 7 000€ pour un CDD de 9 mois pour une activité à temps plein auxquelles s’ajouteront l’indemnité de précarité et l’indemnisation des congés qui n’auront pas pu être pris. Les IDE auront la possibilité d’intervenir à temps incomplet (entre 40% et 100%) et de choisir leur temps de travail quotidien. « Ils doivent être affectés dans l’établissement où ils sont intervenus en temps qu’intérimaire et ne doivent pas être en disponibilité d’un établissement de santé public partie au dispositif » précise encore l’agence.  

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Attractivité et retention des IDE

    Le 20 janvier 2022

    Etre intérimaire ou vacataire dans les circonstances actuelles permet de choisir son temps de travail et d'être mieux rémunéré que les personnels en place. Il y a une telle demande que c'est bien plus confortable que d'être titulaire corvéable à merci. Avec cette proposition on va accentuer cette disparité et il sera bien plus intéressant de démissionner de la FPH pour y revenir en tant que vacataire CDD (il n'existe plus aucun avantage au moment de la retraite d'être FPH). On ferait mieux de payer mieux ceux qui sont en place pour éviter leur départ et l'hémorragie à laquelle on assiste qui va donc de fait s'accentuer. On a le même exemple avec les médecins devenus "mercenaires" pour les urgences , rien n'est fait pour retenir ceux en place et on fait des ponts d'or aux vacataires... absurde...

    Pascal Rod (IADE)

  • Principe de réalité

    Le 20 janvier 2022

    Voilà une mesure raisonnable susceptible d'employer des IDE quand on en manque et cela après avoir voté la stupide loi Rist... totalement hors sol.

    Dr Pierre André Coulon

  • Proposition

    Le 23 janvier 2022

    Et fidéliser les soignants en place avec de meilleures conditions de travail, augmentation pérenne des salaires et non primes à l’arrache ?
    Le one shot des intérimaires risque au contraire des tensions entre personnel et une fuite des soignants méprisés par ce genre d’idée stupide .
    Et les suspendus ? On en parle.
    C’est du gâchis de compétence, mais tout le monde s’en fout !

    F. Schwartz (idel)

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article