Hygiène des nouveau-nés : soyez dans le bain !

Les nouveau-nés à terme et prématurés reçoivent à la maternité, à la maison ou en hospitalisation des soins d’hygiène et des topiques. Les topiques appliqués sur la peau ou les muqueuses contiennent des excipients qui peuvent éventuellement avoir des effets secondaires. Les produits d’hygiène et les cosmétiques ont potentiellement des actions toxiques. Plusieurs associations professionnelles ont attiré l’attention sur les risques provoqués par l’utilisation de ces produits de façon prolongée.

Des membres de la Société Française de Néonatologie ont résumé les données de la littérature tirées de Pubmed sur les effets secondaires des produits utilisés et émis des recommandations pour l’hygiène courante à la lumière des différents protocoles français et européens. Dans la littérature, 38 articles sur l’hygiène et les topiques et 7 sur les excipients étaient éligibles ; en dehors de la composition des produits, aucune recommandation ne provenait des sociétés savantes.

Le bain (11 études) est préconisé pour les nouveau-nés à terme ou presque (35-36 semaines) plutôt que les éponges et linges car il permet une meilleure régulation de la température et du comportement de l’enfant avec des effets comparables sur les propriétés physico-chimiques de la peau. Les études sur les prématurés sont en faveur du bain avec l’enfant entouré d’un linge car il permet un meilleur contrôle thermique et diminue le stress mais la toilette quotidienne n’est pas recommandée pour les prématurés. Le bain précoce est bien toléré par les nouveau-nés à terme du point de vue thermique mais n’apporte aucun bénéfice pour la protection contre les maladies infectieuses et altère le contact initial mère/enfant. Dans tous les cas, l’état clinique de l’enfant doit être pris en considération.

Le moins d’excipients possible…

La peau des nouveau-nés est particulièrement perméable ; le siège à chaque change est exposé aux topiques et les excipients peuvent avoir à cet âge une plus grande toxicité. L’exposition au chlorure de benzalkonium (dans 85 % de topiques), éthanol, propylène glycol n’est pas rare chez les nourrissons hospitalisés. L’impact des topiques a fait l’objet de 9 études. Compte tenu de la difficulté de repérer les excipients potentiellement toxiques, la collaboration avec les pharmaciens est nécessaire pour les identifier et sélectionner les produits qui contiennent le moins d’excipients possibles. Les lingettes pour éviter le rinçage n’apportent pas de bénéfices ; leur usage n’est pas recommandé chez les nouveau-nés en raison du risque de surexposition aux excipients.

En conclusion, une vigilance accrue est nécessaire sur les excipients des topiques utilisés chez les nouveau-nés. Leur choix doit s’orienter vers des formules en contenant le moins possible en collaboration avec les pharmaciens. L’individualisation des soins d’hygiène est recommandée pour les nouveau-nés hospitalisés.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Renesme L et 34 collaborateurs : Recommendation for hygiene and topical in neonatology from the French Neonatal Society. Eur J Pediatr., 2019;178: 1545-1558

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Hygiène, vraiment ?

    Le 21 octobre 2019

    La question est plutôt de savoir ce qu'on entend par "hygiène". S'il s'agit de laver très régulièrement le siège, simplement à l'eau, c'est parfait. S'il s'agit de vouloir "nettoyer", ce n'est pas sain, c'est une agression du fragile revêtement cutané.

    Le premier facteur de santé, c'est un microbiote local naturel et équilibré. En l'absence de pathologie cutanée avérée, aucun soin n'est nécessaire, et tout produit est potentiellement néfaste.
    Ce qu'il faut nettoyer, c'est les mains de ceux qui les manipulent.

    Dr Pierre Rimbaud

Réagir à cet article