Israël et la Covid-19 : l’expérience éclairante de la campagne de vaccination

La pandémie de Covid-19 a plongé le monde dans les ténèbres. Une expérience éclairante est à cet égard plus que bienvenue : la campagne nationale de vaccination entreprise avec célérité et ténacité par l’état d’Israël mérite d’être rapportée à la lueur de ses résultats publiés le 9 février dernier sur le site de prépublication medRxiv.

Début de la campagne : 20 décembre 2020

Cette campagne a débuté le 20 décembre 2020 alors que l’épidémie faisait rage au point d’amener les indicateurs sanitaires dans un rouge préoccupant. Une analyse rétrospective de toutes les données recueillies par le ministère de la santé entre le 20 mars 2020 et février 2021 permet d’évaluer les effets de la campagne de vaccination, en sachant qu’en janvier 2021 a été instauré un troisième confinement strict imposé par l’urgence sanitaire.

Il s’agit là d’un facteur de confusion majeur qui a été au moins en partie contourné en ne prenant en compte que les cas de Covid-19 et d’hospitalisations résultantes, dénombrés et comparés dans des conditions démographiques, temporelles et géographiques bien particulières :

(1) les citoyens âgés de 60 ans ou plus, de fait vaccinés en priorité versus ceux plus jeunes (0-59 ans);
(2) les villes où la vaccination a été entreprise plus tôt versus celles où elle a été plus tardive ;
(3) les territoires géographiques dits statistiques (TGS) définis par le bureau des statistiques sous la forme d’unités intra-urbaines de 3 000 résidents chacune dans les cités de plus de 10 000 habitants : il a été tenu compte, là aussi, du moment de la vaccination ;
(4) le troisième versus le second confinement décrété en septembre 2020.

Trois semaines plus tard

Au 6 février 2021, une première dose du vaccin Pfizer/BioNtech avait été administrée à 45,3 % de la population totale du pays versus 29,7 % pour la deuxième, les chiffres correspondants chez les plus de 60 ans étant respectivement de 89,9 % et 80 % : ces pourcentages incluent aussi les patients considérés comme guéris de la maladie ou les convalescents.

A partir de la mi-janvier 2021, soit trois semaines après le début de la campagne de vaccination, le nombre de cas de Covid-19 et d’hospitalisations afférentes a commencé à décliner, tout particulièrement et plus précocement chez les plus de 60 ans. Dans cette tranche d’âge, les cas ont chuté en nombre d’environ 49 %, les hospitalisations globalement de 36 %, celles en rapport avec des formes sévères de 29 %. Dans la tranche d’âge 0-59 ans où la vaccination a été plus tardive, si le nombre de cas a chuté de 10,5 %, il en a été autrement pour les hospitalisations dont le nombre a globalement augmenté de 10,5 % et de 32,5 % pour celles en rapport avec des formes sévères de la maladie.

La même tendance a été observée dans les villes et les TGS où la vaccination a débuté plus tôt, le nombre de cas et d’hospitalisations étant divisé par près de deux par rapport aux zones où elle a été plus tardive. Par ailleurs, il en avait été autrement lors du second confinement où aucune tendance de ce type n’avait pas été observée, quelle que soit la méthode de comparaison.

« Toutes choses étant égales par ailleurs » …

Cette analyse rétrospective qui a ipso facto ses limites intrinsèques évidentes est par ailleurs un instantané de l’évolution de l’épidémie en Israël qui ne permet de préjuger des étapes suivantes, compte tenu de la multiplicité des facteurs qui conditionnent sa dynamique hautement fluctuante, indépendamment de la vaccination. L’interprétation optimiste de ses résultats suppose que la fameuse formules des économistes « toutes choses étant égales par ailleurs » s’applique sans la moindre réserve ce qui ne peut être garanti. Cette étude n’en suggère pas moins que menée tambour battant à l’échelon de la population d’un pays en visant d’abord les plus âgés, une campagne vaccinale avec le bon vaccin et des doses en quantité suffisante peut avoir un effet mesurable pour peu que l’on dispose de données fiables et statistiquement exploitables.

La courbe épidémique semble s’infléchir assez rapidement chez les sujets vaccinés en priorité si l’on en juge d’après la diminution du nombre de cas et d’hospitalisations trois semaines après le début de la campagne. L’évolution ultérieure, dans les mois qui suivent pour ce qui est d’Israël devrait-on l’espère- confirmer ces résultats encourageants, ce qui soutiendrait le chemin à suivre pour sortir des ténèbres.

D’autres expériences attendues  

L’expérience d’autres pays qui ont vacciné massivement est attendue avec impatience : c’est le cas du Royaume-Uni, des Émirats Arabes Unis et, dans une moindre mesure des Etats-Unis, pour l’instant, la plupart des autres pays étant dans une impasse momentanée par manque de vaccins. La confirmation nécessaire de l’expérience actuelle d’Israël sera déterminante, en sachant que ce pays se distingue de bien d’autres par une organisation hors du commun et des conditions tant géographiques que démographiques favorables : un peu plus de neuf millions d’habitants sur un peu moins de 21 000 km2. Des conditions qui rendent son expérience a priori peu transposable à d’autres pays plus vastes et plus peuplés.

Plutôt que l’option zéro-Covid peu réaliste en dehors des territoires insulaires, il serait préférable de vacciner rapidement et massivement la population d’un état en visant en priorité les résidents les plus fragiles ou plus simplement les plus âgés. A défaut d’atteindre l’immunité de groupe, cette stratégie devrait réduire le nombre des formes sévères et, de ce fait, les tensions qui s’exercent sur les hôpitaux et les unités de soins intensifs.

Dr Philippe Tellier

Référence
Rossman et coll. : Patterns of COVID-19 pandemic dynamics following deployment of a broad national immunization program. medRxiv (9 février) : publication avancée en ligne.doi.org/10.1101/2021.02.08.21251325.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (10)

  • Efficacité de la vaccination PFIZER-BIONTECH ?

    Le 18 février 2021

    Le 10/02/2021 le Figaro signale que 45% de la population Israélienne a reçu une 2ème injection de vaccin Pfizer et 30% une première injection.
    Pfizer annonçant une efficacité à 95% on pouvait espérer que 40% de la population serait protégée en tenant compte que la 2ème injection n'a peut-être pas eu le temps de faire son effet chez
    certains mais qu'il y aurait compensation par une certaine efficacité chez les 30% qui ont reçu leur 1ère injection.
    La population Israélienne étant de 9 millions d'habitants cela fait donc 9×40%=3,6 millions d'habitants théoriquement protégés sans compter les 700 000 israéliens qui ont déjà eu la Covid, peu susceptibles de récidiver rapidement, mais n'en faisons pas cas.
    Or je constate sur worldometer qu'il y avait 6000 nouveaux cas le 9 ou le 10 février en Israël, cela fait quand même beaucoup pour une population de 9 millions d'habitants dont 3,6 millions sont théoriquement protégés; si l'on rapporte cela à une population de 50 millions d'habitants non protégés (comme en France) cela ferait 30 000 nouveaux cas, chiffre bien supérieur à ce que l'on constate chez nous!
    Conclusion: à mon humble avis la vaccination PFIZER-BIONTECH n'est pas aussi efficace qu'on l'affirme, d'autant plus que jusqu'au 7 février les israéliens ont été confinés un mois, la désinformation n'est pas près de s'arrêter....
    Cependant gardons le moral à défaut de changer les hommes !

    Dr Bernard Bidet

  • Futur

    Le 19 février 2021

    "Nous vivons une époque moderne, Le progrès fait rage, le futur ne manque pas d’avenir."

    Philippe Meyer

  • Peut être, peut être pas

    Le 19 février 2021

    On parle beaucoup vaccin, de reconfinement, de variants.
    Mais très peu de cette annonce de l'OMS : "l'épidémie décroît beaucoup au niveau mondial"
    Elle parle de -18% mais sur le même site worldometer, on trouve un nombre quotidien lissé de 720 000 cas le 13/1/21 à 360 000 au 17/2.
    Ca fait plaisir de penser que cette évolution est le fruit d'une intervention humaine, mais ce n'est pas certain.

    Dr Jean-Roger Werther

Voir toutes les réactions (10)

Réagir à cet article