L'icosapent éthyl améliore significativement le pronostic de l’IDM !

L'icosapent éthyl (IPE) est l’éthyle de l’acide eicosapentaénoïque qui est un acide gras insaturé composant essentiel des huiles de poisson. Commercialisé en France sous le nom d’OMACOR® (capsules de 1000 mg) il diminue le taux des triglycérides.

Dans l’étude randomisée REDUCE-IT (Reduction of Cardiovascular Events with Icosapent Ethyl–Intervention Trial) menée en double aveugle, l’IPE a été administré vs placebo à 8 179 patients qui, sous statine, avaient un taux normal de LDL-C (low-density lipoprotein cholesterol) mais un taux modérément élevé de triglycérides.

L’IPE a diminué significativement les événements du critère principal dont les décès d’origine cardiovasculaire (CV). Cependant, l’impact spécifique de l’IPE chez les patients qui avaient des antécédents d’infarctus du myocarde (IDM) était jusqu’alors inconnu.

C’est ce qui a conduit Gaba et coll. à réaliser l’analyse rétrospective des patients de REDUCE-IT qui avaient des antécédents d’IDM, afin de déterminer si, dans ce groupe, l’IPE avait ou non un effet bénéfique préventif des événements ischémiques.

Le critère principal comprenait décès CV, IDM, accident vasculaire cérébral (AVC), revascularisation coronaire, hospitalisation pour angor instable.

Le critère secondaire principal était décès CV ou AVC.

Réduction significative du risque d'événements ischémiques

Au total, 3 693 patients avaient des antécédents d’IDM.

Par rapport au placebo, il a été noté sous IPE une diminution significative :

1- de l’incidence des événements du critère principal qui est passée de 26,1 % à 20,2 % (hazard ratio [HR] 0,74 ; intervalle de confiance [IC] 95 % : 0,65 à 0,85; p = 0,00001) ;

2- de l’incidence des événements du critère secondaire principal qui est passée de 18,0 % à 13,3 %; (HR 0,71 ; IC 95 % : 0,61 à 0,84 ; p = 0,00006). ;

3- du risque relatif de survenue globale des événements ischémiques (- 35 % ; p = 0,0000001) avec une réduction de 34 % des IDM (p = 0,00009), de 30 % des décès CV (p = 0,01), de 20 % de la mortalité de toute cause (p = 0, 054), et ce, au prix d’une légère augmentation du nombre de cas de fibrillation atriale ;

4- de l’incidence des morts subites (-40 %) et des arrêts cardiaques (-56 %).

En conclusion, chez les patients inclus dans l’étude REDUCE-IT qui avaient des antécédents d’IDM, la prise d’IPE s’est accompagnée d’une réduction importante et significative du risque, relatif et absolu, d’événements ischémiques, décès CV compris.

Dr Robert Haïat

Référence
Gaba P et coll. : Prevention of Cardiovascular Events and Mortality With Icosapent Ethyl in Patients With Prior Myocardial Infarction. J Am Coll Cardiol 2022 ; 79 : 1660-1671.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Erreur

    Le 22 juin 2022

    Attention OMACOR contient 50% d‘epa et ne correspond pas à la molécule de l’essai REDUCE it qui contient 100% d’epa de synthèse et la dose donnée était près de 8 fois celle contenue dans OMACOR. Donc OMACOR n’apportera aucunement les bénéfices vus dans REDUCE.

    Dr Atul Pathak

  • Précisions utiles

    Le 22 juin 2022

    Le texte ci-dessus mérite d'être complété par quelques précisions:

    1 Tous les ECR effectués avec l'OMACOR qui associe EPA et DHA (1g) se sont avérés négatifs , comme le montre une métaanalyse de 2018 portant sur 78 000 personnes.

    2 dans l'étude Réduce It, il s'agit de 4 g quotidiens d'éthyle de EPA , ce que l'auteur ne précise pas.

    3 La population étudiée comprend 70% de personnes coronariennes et 30% de diabétiques à haut risque; il y a une réduction de 25% des IDM et 20% de réduction de décès dans le groupe traité soit une réduction de risque absolu de 0,9 %; soit un NNT de 21 pour les IDM et de 111 pour les décès.

    4 Il y a dans le groupe traitement une augmentation significative de fibrillation atriale de 1,4%, de risque absolu soit un NNH de 71 . L'auteur n'en parle pas, ce qui est étonnant (NEJM du 10novembre 2018).

    5 Un autre essai contrôlé randomisé versus placébo, l'étude STREGTH utilisant 4 g d'association DHA et EPA chez des patients à haut risque CV traités pendant 42 mois ne retrouve aucun bénéfice, mais là aussi une augmentation de l'incidence de la FA dans le groupe traité NNH 111 (JAMA 15 nov 2020).

    Ces précisions relativisent beaucoup le bénéfice de l'Icosapent et dans l'état actuel des connaissances n'incitent pas à son utilisation avant que plusieurs autres ECR aient apporté plus de précisions.

    Dr Alain Siary

Réagir à cet article