L’Association des maires de France désormais favorable aux contraintes à l’installation

Paris, le vendredi 24 juin 2022 - Jusqu’ici la position de l’Association des maires de France (AMF) semblait claire : la lutte contre les déserts médicaux ne devait pas passer par des contraintes ou des limites à l’installation des praticiens.

Face à la crise de l’accès aux soins en ville qui s’amplifie et celle des urgences qui fragilise encore davantage les prises en charge, l’AMF semble évoluer.

Frédéric Chéreau, maire de Douai, co-président de la commission santé de l'AMF a ainsi déclaré en conférence de presse à propos de la liberté d’installation : « à force de constater la détresse de leurs administrés, les maires de tous les bords sont de plus en plus prêts à des solutions assez volontaristes. (…) C'est un sujet dont nous discutons beaucoup et j'ai vu les lignes bouger à l'AMF (…) La contrainte fait partie des sujets dont parlent les maires de plus en plus ».

« Ce n'est sans doute pas la solution parfaite. Mais nous voyons bien que nous devons être volontaristes si l'on veut des solutions à une situation qui se dégrade » a conclu le responsable de l'AMF.

Ce revirement trouverait notamment sa source dans les échecs répétés de maires qui ne parviennent pas à attirer des médecins malgré la mise à disposition de cabinets, de logements, etc.

En outre, l’AMF estime dans un communiqué que « la situation dramatique des services d’urgences ne peut pas être décorrélée de celle de la permanence des soins en ville, en particulier des soins non programmés, dont l’organisation peut permettre un accès universel à des soins de qualité et en proximité pour l’ensemble de la population, sur tout le territoire ».

Elle appelle donc à une « réflexion large » « afin de rétablir la permanence des soins en ville, en particulier pour les soins non programmés, et de partager les obligations liées à celle-ci avec un nombre plus important de professionnels de santé tout en déchargeant les médecins de certaines tâches administratives pour dégager du temps médical ».

Reste à trouver une majorité pour ce faire…

Emmanuel Haussy

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Et les médecins sont favorables à la contrainte des maires !

    Le 27 juin 2022

    Décharger les praticiens de ville de certaines tâches pour dégager du temps médical, tout le monde est d'accord ! Or l'accueil des demandes non programmées n'est pas de la médecine.
    Exigeons donc des maires qu'ils mettent en place des centres d'orientation, afin que ne soient dirigés aux services d'urgence que les véritables urgences médicales qui ne sont qu'un infime partie de leur embouteillage.

    Dr Pierre Rimbaud

Réagir à cet article