Le parquet de Marseille enquête sur les recherches du Pr Raoult

Marseille, le mercredi 3 juin 2020 - Selon une information révélée par le Canard enchaîné, un "confrère" du Pr Raoult aurait "dénoncé au procureur [de Marseille] les conditions dans lesquelles ont été réalisées les premières études sur les effets de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19" à l’IHU.

Ce médecin accuse le professeur Raoult de ne pas avoir respecté la loi Jardé de 2012, qui encadre les essais thérapeutiques, en prescrivant du Plaquénil sans information adaptée et accord des patients. Rappelons que ce texte de loi punit de 3 ans de prison et de 45 000 € d’amende le fait de pratiquer sur une personne une recherche sans avoir recueilli le consentement libre, éclairé et, le cas échéant, écrit de l’intéressé.

Cependant, les équipes du professeur Raoult ont présenté leur étude publiée le 27 mars comme une "recherche observationnelle", un statut qui suppose que les traitements étudiés n’ont pas été initiés dans le cadre d’un protocole de recherche, ce qui permet d’éviter l’accord d’un comité de protection des personnes (CPP). Cependant, comme nous l’avions déjà évoqué, l’ANSM s’interroge sur la sincérité de cette dénomination et des investigations sont en cours.

Le Canard enchaîné indique que le parquet de Marseille a demandé l'avis de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) suite à ce signalement. Dans une réponse signée par le directeur de l’institution, le Dr Dominique Martin, l’ANSM souligne que « les modalités d'information des patients et de traçabilité de la motivation de la prescription ne sont pas conformes aux exigences légales » et ajoute avoir saisi l'Ordre des médecins.

Le Pr Raoult a réfuté ses accusations auprès du palmipède en affirmant avoir toujours « respecté l'ensemble de la légalité ».

Gabriel Poteau

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (44)

  • Politicovid

    Le 03 juin 2020

    Le parquet de Marseille n'a pas d'affaires plus urgentes à régler ?

    Dr Bernard Albouy

  • Paradoxe

    Le 03 juin 2020

    On ne peut pas à la fois reprocher au professeur Raoult d'avoir publié des données observationnelles ne correspondant pas aux standards d'un protocole de recherche (et donc non valables pour la communauté "scientifique") ET accuser le professeur Raoult de ne pas avoir respecté l'information légale obligatoire à l'inclusion d'un patient dans un protocole de recherche !
    On commence à dépasser les limites de la connerie ordinaire !

    Véronique Jouve (pharmacien)

  • Crime et châtiment (?)

    Le 04 juin 2020

    C'est en effet l'urgence du moment de chercher des poux à celui qui a tenté, dans une période sombre, de ne pas capituler.

    Et mon proc par ici, et mon ordre par là, la balance est un cher confrère, la confraternité, cette haine vigilante....
    Les ânes feraient mieux de la jouer low profile, en tout cas pour un temps. Ils pourront ultérieurement braire à nouveau tout leur saoul, et dieu sait si leur répertoire est vaste, et qu'à s'écouter l'un l'autre le public jamais ne viendra à leur manquer.

    Dr Gilles Bouquerel

Voir toutes les réactions (44)

Réagir à cet article