Les Fossoyeurs, le livre qui fait trembler les Ehpad

Paris, le mercredi 26 janvier 2022 – Dans un livre paru aujourd’hui, le groupe Orpea, leader mondial des Ehpad et établissements pour personnes âgées, est accusé de maltraitance à l’égard de ses pensionnaires.
Il est rare qu’un livre provoque une telle polémique, surtout quand il n’est pas encore paru. Les Fossoyeurs, livre enquête du journaliste d’investigation Victor Castanet, qui décrit des dysfonctionnements au sein des 220 Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) gérés par la société Orpea en France, ne parait que ce mercredi chez Fayard. Mais la publication des « bonnes feuilles » de l’ouvrage ce lundi dans le journal Le Monde a suffi à soulever une vague d’indignation, notamment dans la classe politique.

Ce mardi, la séance des questions au gouvernement était presque entièrement consacrée au livre à paraitre. A droite comme à gauche, on a dénoncé les manquements des politiques publiques sur la dépendance.

Fruit de trois ans d’enquête, Les Fossoyeurs décrit la manière dont les dirigeants d’Orpea feraient passer la recherche du profit avant l’intérêt de leurs pensionnaires. Grâce aux témoignages d’anciens cadres et employés d’Orpea (infirmiers et aides-soignants notamment), Victor Castanet décrit la vie difficile dans les établissements gérés par le groupe. Rationnement des couches, de la nourriture, du personnel : tout est bon pour diminuer les coûts. Le journaliste décrit des scènes difficiles, celles de résidents abandonnés à leur sort malgré leur état physique et cognitif par un personnel débordé et en manque de moyens. Dans certains établissements, il n’y a qu’un seul soignant pour 14 résidents.

Xavier Bertrand accusé de collusion avec Orpea

Le journaliste a également interrogé des proches de pensionnaires, qui dénonceraient depuis plusieurs années les conditions de vie difficiles dans les établissements Orpea. Un témoignage marque particulièrement, celui des enfants et petits-enfants de François Dorin. L’écrivaine est admise à la résidence Les Bords de Seine le 24 octobre 2017, un établissement de luxe de Neuilly-sur-Seine où la chambre d’entrée de gamme coute 6 500 euros par mois. L’équipe médicale de l’établissement n’aurait alors pas pris en charge une escarre à la malléole, qui n’a cessé de croitre. Le 12 janvier 2018, l’épouse l’acteur de Jean Piat décède, trois mois seulement après son entrée aux Bords de Seine. « Trois mois, c’est le temps qu’il leur a fallu pour lui faire perdre 20 kilos et l’usage de la parole et laisser une escarre dégénérer et finir par faire la taille de mon poing » s’insurge Thomas Mitsinkidès, petit-fils de la romancière (mettant peut-être un peu rapidement la dégradation de l’état de santé de la quasi nonagénaire sur le compte de l’Ehpad).

L’enquête de Victor Castanet prend un tour politique, quand il tente d’expliquer comment Orpea aurait réussi à obtenir plusieurs millions d’euros de financement publique ces dernières années. Selon lui, le Dr Jean-Claude Marian, fondateur et ancien président du groupe (et 245ème fortune de France) entretiendrait des liens étroits avec Xavier Bertrand, ministre de la Santé de 2005 à 2007 et de 2010 à 2012. « On avait le ministre de la Santé dans notre poche » explique Patrick Métais, un ancien cadre du groupe. Interrogé par le journaliste, l’ex-candidat à l’élection présidentielle dément toute collusion avec la société Orpea.

Orpea chute en bourse

Ce mardi à l’Assemblée Nationale, l’actuel ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé qu’une enquête avait été lancée pour obtenir des éclaircissements de la part de la société Orpea. Le directeur général du groupe, Yves Le Masne, a été convoqué par la ministre en charge de l’autonomie, Brigitte Bourguignon, « pour que la lumière soit faite sur les faits graves évoquée dans le livre de Victor Castanet ». « S’il y a lieu de diligenter une enquête de l’Inspection générale sur l’ensemble du groupe, je le ferais » a assuré Olivier Véran devant les députés.

Depuis ce lundi, la société Orpea dément toutes les accusations portées contre elle à travers ce livre. « Nous contestons formellement l’ensemble des accusations que nous considérons comme mensongères, outrageantes et préjudiciables » peut-on lire dans un communiqué paru ce lundi soir. La direction évoque la « rancœur » des anciens employés qui témoignent dans le livre et se dit prêt à enclencher une action judiciaire contre le journaliste et son éditeur « pour rétablir la vérité des faits ». Mais le mal est déjà fait pour Orpea, dont la capitalisation boursière a chuté de 30 % en deux jours, conduisant à la suspension de sa cotation. D’autres gestionnaires de maisons de retraite, comme Korian et LNA Santé, ont également chuté en bourse. Un livre aura suffi à faire vaciller le secteur privé des établissements pour personnes âgés.

On attend avec intérêt les résultats des enquêtes administratives et le cas échéant judicaires qui pourraient être diligentées.  

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (13)

  • Extraordinaire !

    Le 26 janvier 2022

    C'est extraordinaire !
    - un livre qui n'est pas sorti !
    - des "bonnes feuilles " publiées telles quelles , sans aucune censure ni vérification, par un journal de renom qui se borne à faire confiance à un de ses collaborateurs, et relayées par le reste des médias sans plus de précautions, juste pour rester dans le coup ; on est au niveau de Gala et de Closer ...
    - la classe politique qui s'émeut parce qu'elle découvre ... ce que leurs électeurs leur rapportent depuis longtemps.
    - des ministres et des administrations qui s'émeuvent parce qu'ils découvrent ...ce qu'ils sont censés gérer et surveiller.
    - ...et les français ordinaires qui cherchent des maisons de retraite et des EHPAD, et qui rament, et qui payent, et qui n'ont pas d'autres solutions.

    Extraordinaire vous dis-je !

    Dr François Chassaing

  • Terrifiant, donc volontiers occulté

    Le 27 janvier 2022

    Avant même que le livre ne soit paru et donc lu : Le "pré-print "a déja l'impact que l'on sait , politique comme boursier . Réactivité mais aussi promotion assurées.
    Il aura fallu un travail journalistique pour remettre sur la table ce qui est régulièrement mis sous le tapis , tous gouvernements confondus : La non ou maltraitance de nos ainés dans un climat sanitaire où il ne s'écoule pas une journée sans que le mot "éthique" soit prononcé ou galvaudé.

    Ils avaient été mis sur le devant de la scène et sortis des placards en 2003 avec la canicule , en 2020 avec la pandémie et son corolaire : les stratégies vaccinales puis de rappel. Qui a oublié les PDF de " consentement éclairé " ?

    Ils étaient absents jusque là des discours pré-électoraux nationaux.
    Ils sont pourtant présents depuis toujours dans la pratique des professionnels qui fréquentent les urgences : Changements de sondes , escarres de 21h ou du week-end , chutes et in finé "glissements" qui rappellent depuis bien longtemps la médicalisation très relative des structures
    Beaucoup de Tartufferie jusque la mais aussi probablement aprés.

    L'enquête ne semble concerner que la multinationale Orpea , pour peu que les constats qui y ont été fait soient différents ailleurs : improbable

    Le devoir de contrôle(s) semble s'exercer en EHPAD avec moins d'acuité (ou de médiatisation) que dans la restauration ou en milieu carcéral : La dilution des responsabilités (ARS-Départements-Régions) n'est jamais facilitante. Le fait que la désertification médicale concerne aussi nos ainés ne devrait étonner personne.
    Le "pantouflage" faisant passer du public (ARS et non ouvertures de lits) au privé (ouverture de lits) interroge (Korian).

    Les éventuelles pressions subies mériteront d'être documentées : La cerise sur le gâteau et la voie ouverte à une judiciarisation, légitime elle.
    Qui doute que le lobbyisme est déjà ré-activé pour tenter de laisser le sujet sous le tapis ou au moins d'en minimiser les retombées individuelles.

    Au dela de "l'age" , c'est la question du Handicap et de la (notre) dépendance attenante qui se pose à chacun : Existentialiste et terrifiant donc volontiers occulté.

    Dr JP Bonnet

  • Comment laisser ses parents dans la pisse ?

    Le 27 janvier 2022

    Nombre de couches achetées = nombre de changes... si les factures sont authentiques!

    Comment laisser ses parents dans la pisse? A ces tarifs, il ne manque pas de résidences. Ou ils sont anosmiques et aveugles, ou ils en tiennent une couche.

    Dr Isabelle Gautier

Voir toutes les réactions (13)

Réagir à cet article