Loi Valletoux : plusieurs amendements coercitifs adoptés en commission

La proposition de loi de Frédéric Valletoux portant sur l’amélioration de l’accès aux soins est examinée en commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale depuis ce lundi et comme prévu, plusieurs amendements coercitifs pour les médecins libéraux ont déjà été adoptés. Les députés ont notamment voté en faveur de la mise en place d’un préavis de six mois pour les praticiens qui quittent leur lieu d’exercice ainsi que d’un délai de dix ans entre l’obtention de deux aides à l’installation.


Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (1)

  • Système de santé en perdition cherche bouc(s) émissaire(s)

    Le 07 juin 2023

    On en tombe de l'armoire...
    La proposition obligeant à un long préavis de départ des professionnels de santé auto-entrepreneurs exorbitant les limites habituelles en matière d'emploi va aboutir à rendre ces positions encore moins attractives.
    Qui ira s'y coller sachant qu'il ne pourra facilement partir ?
    Aurait-on l'idée, les professionnels des restaurants et des cafés manquant, de rendre plus difficile leur démission par un préavis de 6 mois ? Idem pour les praticiens hospitaliers...
    Ces postes qui n'attirent plus seraient encore moins attractifs.
    S'il y a désaffection, il faut en traiter les causes, et ne pas penser que la contrainte sans contrepartie peut suffire, pas plus que désigner comme bouc émissaire les professionnels de santé.
    La responsabilité entière de l'état actuel du système de santé incombe entièrement aux défauts de son financement et de sa gouvernance au cours du temps. Il est illusoire de persévérer dans des modalites identiques de gouvernance alliant une vision purement financière, une conduite centralisée avec déclinaison pyramidale et des mesures coercitives censées remédier à ses déséquilibres croissants car ce qui a raté jusque là ne peut soudainement réussir miraculeusement.
    Ces parlementaires sont de drôles de médecins de la maladie du système de santé. Quant au pilote ?

    Dr G. Bouquerel

Réagir à cet article