Pass sanitaire en Europe : unis, mais dans la diversité

Strasbourg, le lundi 7 juin 2021 - « Unis dans la diversité ». La devise de l’Union Européenne semble à merveille illustrer la prochaine mise en place d’un pass sanitaire au niveau européen. Mardi, le Parlement de l’Union devrait adopter le fameux texte qui a pour ambition de permettre aux ressortissants européens de passer plus facilement les frontières internes à l’UE.

L’Union définit le mode de preuve, les Etats définissent leurs propres critères d’entrée

C’est en un temps record que les États sont parvenus à se mettre d’accord sur le principe même d’un pass numérique. Les ressortissants de l’Union pourront disposer d’un document intégrant une preuve de vaccination, un résultat de test négatif ou une preuve de rétablissement du Covid-19 de moins de 6 mois. Si l’Union harmonise le mode de preuve (de sorte qu’un même document sera valable en Lituanie comme au Portugal), chaque Etat reste souverain pour définir les critères d’entrée sur son territoire.  

En effet, conformément aux traités fondateurs de l’Union européenne, le domaine de la santé reste une compétence exclusive des États. Ce qui n’empêche pas la Commission européenne d’émettre en la matière un certain nombre de recommandations.

En France, des critère plus stricts que les recommandations de la Commission

Ainsi, concernant la France, les ressortissants de l’Union Européenne (ainsi que de la Suisse) ayant terminé un cycle vaccinal complet contre la Covid-19 pourront entrer sur notre territoire à partir du 9 juin sans avoir à présenter de résultats de test RT-PCR négatif. Mais contrairement aux recommandations de la Commission, les personnes guéries devront, pour leur part, malgré tout passer un test.

Autre divergence avec l’Union Européenne, les enfants devront présenter les résultats d’un test à partir de 11 ans, là où Bruxelles le préconise dès 6 ans. Enfin, la France ne reconnaitra pas les personnes ayant reçu un schéma vaccinal complet avec les vaccins russes Spoutnik V ou chinois Sinovac, utilisés notamment par la Hongrie. Les ressortissants hongrois vaccinés avec ces produits devront donc réaliser un test PCR.

Tous azimuts

Les différences qui continueront donc d’exister sont un appel à la vigilance à l’heure où de nombreux Français s’apprêtent à réserver leurs vacances. Même avec un certificat sanitaire en poche, il est indispensable de se renseigner sur les conditions d’entrée sur le territoire visé, mais aussi sur les conditions de retour en France.

Ainsi, la Belgique ne reconnaitra pas les tests antigéniques, tandis que l’Allemagne se réserve le droit d’instaurer une quarantaine pour les personnes revenant d’une zone à forte circulation du virus.

C.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Voyages et vaccination 1 dose pour les sujets ayant contracté le Covid

    Le 11 juin 2021

    Rien n'est jamais dit sur ce sujet.
    Alors qu'une seule dose de vaccin est préconisée par la France et d'autres états si on a auparavant contracté le Covid, cela sera-t-îl considéré comme une vaccination complète permettant de voyager ?

    Dr Cécile Grandin

  • Précision une dose seule post COVID

    Le 22 juin 2021

    Nous avons maintenant la possibilité de cocher la case comme quoi une seule injection est suffisante pour un patient (qui a eu la COVID précédemment). On peut même le faire maintenant alors que la vaccination date d'il y a plusieurs mois. Dans ce cas, le QR code indique un statut "terminé" au lieu d'un statut "en cours", même s'il n'y a qu'une injection, ce qui est mentionné.
    Par contre, rien n'a été pérvu pour ceux qui ont besoin de 3 injections et qui les ont bien reçues.

    Dr Marie-Ange Grondin

Réagir à cet article