Peut-être une nouvelle arme contre la dépression majeure

Environ 60 % des patients atteints de trouble dépressif majeur répondent aux traitements antidépresseurs actuellement commercialisés. Les autres sont considérés comme présentant une dépression résistante aux traitements. Les raisons de cette résistance incluent l’hétérogénéité clinique et biologique des troubles et la probabilité que la réponse aux traitements est sous-tendue par plusieurs mécanismes. De plus, l’effet de ces antidépresseurs ne se manifeste pas rapidement, ce qui pose problème dans la prise en charge des patients avec idées suicidaires.

Un dysfonctionnement de la neurotransmission de l’acide γ-aminobutyrique (GABA) est impliqué dans la pathogenèse de la dépression. Les neurostéroïdes, synthétisés à partir du cholestérol dans le cerveau, sont des modulateurs du GABA. Certains d’entre eux sont actuellement étudiés pour leur éventuelle efficacité dans la prise en charge de la dépression. C’est le cas de SAGE-217, neurostéroïde synthétique, modulateur des récepteurs GABA de type 1.

Une équipe états-unienne vient de publier les résultats d’un essai de phase 2 incluant 89 patients atteints de dépression sévère. Les uns (n = 45) recevaient 30 mg de SAGE-217 en une prise quotidienne, les autres (n = 44) recevaient un placebo. Le critère principal était l’évolution du score de Hamilton (HAM-D) entre le début du traitement et à J15. Les critères secondaires étaient les scores de Hamilton mesurés à différents stades du traitement et jusqu’à J42.

Amélioration significative en 15 jours

Les résultats retiennent l’attention, puisque les patients recevant le SAGE-217 présentent une réduction de leurs symptômes dépressifs dès la fin les 2 semaines de traitement. Ainsi, alors que le score initial moyen HAM-D est de 25,2 dans le groupe prenant la molécule testée, il diminue de 17,4 points après 15 jours de traitement. Dans le groupe placebo, le HAM-D, de 25,7 à l’initiation du traitement, diminue de 10,3 points en moyenne (différence moyenne entre les 2 groupes – 7,0 points). L’effet du SAGE-217 ne se maintient toutefois pas dans le temps, puisque les scores HAM-D réalisés à 1 mois ne retrouvent plus de différence. Les effets secondaires sont généralement bénins, les plus fréquents dans le groupe SAGE-217 sont les maux de tête, vertiges, nausées et somnolence.

La magnitude de l’effet antidépresseur est certes peu différente de ce qui est constaté en pratique avec les autres antidépresseurs. La réponse clinique apparaît toutefois ici beaucoup plus rapidement. L’absence de maintien de la différence entre les deux groupes suggère que la durée de traitement de 15 jours est insuffisante.

Cette efficacité rapide de la molécule semble intéressante. Remarquons toutefois que dans cette étude, il ne s’agissait pas de patients chez lesquels une résistance aux traitements habituels avait été notée. D’autres travaux de plus grande ampleur et sur une durée plus longue seront nécessaires avant de tirer des conclusions définitives sur l’efficacité du SAGE-217. Notons pour finir que 3 patients du groupe SAGE-217 et 11 patients du groupe placebo ont été placés sous un traitement antidépresseur au cours de l’étude.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Gunduz-Bruce H et coll. : Trial of SAGE-217 in Patients with Major Depressive Disorder. New Engl J Med., 2019; 381(10): 903-911. doi: 10.1056/NEJMoa1815981.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • " Environ 60 % des patients..."

    Le 11 septembre 2019

    Heureusement que nous ne nous contentons pas (en libéral), d'une telle statistique à l'endroit de nos patients en EDC !...

    Il convient en effet de bien connaître le "top five" des ATD les plus opérants.

    D'ailleurs, un "simple ATD" devrait être opérant à 67-70% des patients imprégnés, c'est la moindre des attentes.

    Alors, pourquoi rien n'est dit dans cet article de ce qui apparaît tout de même fondamental pour oser de telles conclusions : la notion "d'observance thérapeutique" et de plus celle "d'alliance thérapeutique" ?

    Rappel à l'attention de l'auteur de l'article : un ATD bien mené et digne de ses attentes, est un ATD qui fait réponse dans 80 à 85% des cas (encore faut-il qu'il soit mesuré à sa juste posologie).

    Dr Frédéric Lascoutounax


Réagir à cet article