Quel intérêt des tests sanguins occultes fécaux comme outil de diagnostic ?

Les tests immunologiques reposent sur la détection de l’hémoglobine humaine (et non de l’hème) grâce à l’utilisation d’anticorps mono ou poly-clonaux spécifiques de la globine. La méthode FIT (pour Fecal Immunological Test) présente un certain nombre d’avantages par rapport à l’Hemoccult (test au gaïac) actuellement tombé en désuétude : elle est plus sensible, sélective d’un saignement d’origine colorectale, s’affranchit de contraintes alimentaires, de prélèvements répétés et permet une lecture automatisée. Au seuil de 150 ng HB/ml, retenu en France, le FIT permet de détecter environ 2 fois plus de cancers et 2,5 fois plus d'adénomes à haut risque de transformation maligne (dits « adénomes avancés »).

Bien que les tests sanguins occultes fécaux ne soient validés que pour le dépistage du cancer colorectal (CRC), ils sont couramment utilisés comme test de diagnostic dans d'autres contextes cliniques. Des bases de données bibliographiques ont permis d’identifier des études chez des patients adultes présentant un symptôme ou une affection gastro-intestinale spécifique qui ont bénéficié d’un test de référence et ont fourni des données sur les diagnostics. Le principal critère d'évaluation était la sensibilité. Le risque de biais a été évalué avec l'outil QUADAS-2.

Vingt-deux études remplissaient les critères d'inclusion : 12 dans l'anémie ferriprive (5 FIT et 7 à base de gaïac), 8 dans la colite ulcéreuse (FIT) et 2 dans la diarrhée aiguë (à base de gaïac). Seules 2 études présentaient un faible risque de biais dans tous les domaines du QUADAS-2. En méta-analyse, les tests avaient une sensibilité de 0,58 et une spécificité de 0,84 pour prédire les causes présumées d’une anémie ferriprive à l'endoscopie, avec des résultats comparables pour le gaïac et tests FIT. La sensibilité était plus élevée pour le CRC (0,83) que pour les lésions non-CRC (0,54). Le FIT avait une sensibilité de 0,72 et une spécificité de 0,80 pour prédire l'activité endoscopique dans la rectocolite hémorragique. Les critères de sensibilité et de spécificité étaient respectivement de 0,38 et 0,87 pour une culture de selles positive dans la diarrhée aiguë.

La sensibilité de la recherche de sang occulte dans les selles était faible pour l'anémie ferriprive : 42 % des patients ayant des causes identifiables avaient un test faussement négatif. Ces résultats n'ont pas montré de critères acceptables de performance pour que les résultats du FIT puissent guider l’indication des examens endoscopiques.

Comme toute méta-analyse concernant des articles portant sur une méthode diagnostique, celle-ci n’est pas exempte de biais : le test gaïac était encore utilisé dans les études les plus anciennes, alors que l’on connait son manque de sensibilité, tandis que sa spécificité reste habituellement excellente et voisine de celle du FIT (98 %). Enfin, le taux de découverte de lésions (sensibilité, spécificité, valeurs prédictives) caractérise la performance du test considéré sans forcément préjuger de son intérêt réel en matière de diagnostic. De même que le résultat d’un test diagnostique doit être interprété dans son contexte clinique, les résultats d’une étude diagnostique doivent être interprétés dans leur contexte méthodologique. L’outil QUADAS-2 fait appel à 4 domaines (patients, test évalué, test de référence et flux des patients) pour déterminer le risque de biais, jugé faible pour 2/22 études. Pour chaque domaine, l’utilisateur est invité à répondre à des questions qui sont directement liées aux sources de biais et de variations potentiellement présentes dans les études diagnostiques. La grille STARD, qui comporte 25 items, n’a pas été utilisée dans cette méta-analyse : elle aurait apporté des renseignements complémentaires à l’outil QUADAS-2.

Il n’en demeure pas moins que l’utilisation d’un test FIT, même s’il est plus sensible (70-85 %) que l’Hemoccult actuellement abandonné, n’a pas vraiment sa place en dehors du dépistage du CCR. Sa positivité reste d’ailleurs fréquemment associée à une coloscopie normale, tandis que sa négativité peut rassurer à tort le patient et retarder de plusieurs mois un diagnostic de néoplasie colique. L’exploration d’une anémie ferriprive ou de troubles digestifs doit faire appel à la coloscopie, souvent associée à une gastroscopie avec biopsies étagées. En cas de contre-indication chez une personne âgée/fragile ou de refus par le malade, le coloscanner, et bientôt la vidéocapsule colique, restent des alternatives validées pour explorer le colon.

Dr Sylvain Beorchia

Référence
Lee MW et coll. : Use of Fecal Occult Blood Testing as a Diagnostic Tool for Clinical Indications: A Systematic Review and Meta-Analysis. Am. J. Gastroenterol 2020. Publication en ligne le 10 janvier 2020.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Bravo...

    Le 26 février 2020

    ...pour la qualité constante de tes articles. Effectivement s'appuyer sur de tels tests pour diagnostiquer une poussée de colite inflammatoire ou rechercher la cause d'une anémie ferriprive est à proscrire.

    Dr Alain Legenissel

Réagir à cet article