Quel taux d'hémoglobine pour diminuer les complications après arthroplastie totale de hanche et du genou ?

De plus en plus de patients bénéficient d’une arthroplastie totale du genou (ATG) ou de la hanche (ATH). La réduction des saignements et des transfusions de globules rouges grâce à la mise en œuvre de programmes de gestion du sang du patient (GDS) contribue à l'amélioration des procédures. La GDS est une approche multidisciplinaire systématique, fondée sur des données scientifiques, centrée sur le patient, qui vise à améliorer la prise en charge des patients qui pourraient avoir besoin de transfusion, en gérant et en préservant leur propre sang. La détection et la prise en charge préopératoire de l'anémie en sont des aspects fondamentaux.

Or, l'anémie préopératoire est fréquente, et, même quand elle est légère, elle est indépendamment associée à une morbidité et à une mortalité accrues en chirurgie non cardiaque. La probabilité de recevoir une transfusion de globules rouges diminue avec l'augmentation de l'hémoglobine (Hb) préopératoire et certaines études montrent une corrélation entre les niveaux d'Hb initiaux et les complications et la mortalité postopératoires chez des patients âgés subissant une chirurgie non cardiaque. Cependant, le seuil d'Hb préopératoire déterminant une morbidité plus faible dans l'ATG et l'ATH n'est pas encore bien établi.

Une analyse secondaire de l’étude POWER2

Une analyse secondaire planifiée a été réalisée dans le but d'étudier le seuil d'Hb associé à une incidence plus faible de complications, à partir des données recueillies au cours d'une étude de cohorte multicentrique prospective de patients bénéficiant d’une ATG ou d’une ATH dans 131 hôpitaux espagnols au cours d'une période de recrutement de deux mois.

L'anémie était définie comme une hémoglobine <12 g /dL pour les femmes et <13 g/dL pour les hommes. Le résultat principal était le nombre de patients présentant des complications postopératoires à l'hôpital dans les 30 jours selon les définitions de l'European Perioperative Clinical Outcome et les complications chirurgicales spécifiques de l'ATG et de l'ATH. Les résultats secondaires comprenaient la survenue de complications modérées à sévères à 30 jours, la transfusion de globules rouges, la mortalité et la durée du séjour hospitalier.

Des modèles de régression logistique binaire ont été construits pour évaluer l'association entre les concentrations d'Hb préopératoires et les complications postopératoires, et les variables significativement associées au résultat ont été incluses dans le modèle multivarié. L'échantillon de l'étude a été divisé en 11 groupes en fonction des valeurs d'Hb préopératoires afin d'identifier le seuil à partir duquel les complications postopératoires augmentent.

Moins de complications au-delà de 14 g/dL

Au total, 6 099 patients ont été inclus dans l'analyse (3 818 THA, 2 281 TKA) dont 8,8 % étaient anémiques. Les patients souffrant d'anémie préopératoire étaient plus susceptibles de présenter des complications globales (111/539 [20,6 %] vs 563/5560 [10,1 %], p < 0,001) et de complications modérées à sévères (67/539 [12,4 %] vs 284/5560 [5,1 %], p < .001). L'analyse multivariée a montré qu'une hémoglobine préopératoire ≥14 g/dL était associée à moins de complications postopératoires.

Cette étude comporte certaines limites : les seuils d'hémoglobine utilisés pour déterminer si une transfusion de globules rouges a été administrée n'étaient pas disponibles, le statut en fer n'a été évalué que chez un petit nombre de patients. De plus l'Hb préopératoire a été définie comme celle mesurée au plus près de l'opération ; en fonction des centres et des listes d'attente, ce délai entre ce dosage et l'intervention est variable. Enfin, s'agissant d'une étude observationnelle, les associations identifiées ne préjugent pas d’une relation de cause à effet.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Abad-Motos, A, Ripollés-Melchor, J, Jericó, C, et al. Identification of the haemoglobin level associated with a lower risk of complications after total hip and knee arthroplasty. Acta Anaesthesiol Scand. 2023; 67( 5): 629- 639. doi:10.1111/aas.14217

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Ce n'est pas nouveau

    Le 26 mai 2023

    On sait qu'un anémique aura plus de complications qu'un non anémique en périopératoire.
    On sait que plus le taux d'hémoglobine est faible plus la durée de séjour augmente, sans augmenter significativement le taux de complications.
    Cette étude a trop de biais et pas assez d'effectifs pour en tirer d'autres conclusions, en particulier un taux d'hémoglobine protecteur au delà de 14g/dL n'a pas de sens.

    Dr F Chassaing

Réagir à cet article