TROD de l’angine à l’officine : les médecins libéraux vent debout

Paris, le vendredi 20 septembre 2019  - L'assurance maladie et les syndicats représentatifs de pharmaciens d’officine (FSPF et USPO*) ont signé en début de semaine l'avenant 18 à la convention pharmaceutique autorisant la réalisation de tests rapides d'orientation diagnostique (TROD) de l’angine en officine à partir du 1er janvier 2020.

En pratique, l’accord prévoit deux circuits de remboursement des TROD. D’une part, après une consultation médicale ayant conduit à un diagnostic d’angine bactérienne, la dispensation de l’antibiotique prescrit sera conditionnée à la réalisation d'un TROD en pharmacie au tarif de 7 euros. Mais d’autre part, les pharmaciens pourront proposer aux patients se plaignant de maux de gorge un TROD de l’angine (au tarif de 6 euros). Si le test est positif, le patient sera alors redirigé vers son médecin traitant pour obtenir une prescription d'antibiotiques. La CNAM espère ainsi améliorer la pertinence de l’utilisation des antibiotiques.

Ce second type de protocole a déjà été expérimenté par trois ARS, en Lorraine, Occitanie et Ile-de-France. Sur l’ensemble des patients ayant réalisé un TROD en officine, 10 % ont été renvoyés vers leur médecin traitant pour une prescription.

Pour les syndicats de médecins libéraux, cet accord est une dérive et un nouveau signe du détricotage progressif de leurs compétences. 

La Fédération des médecins de France (FMF) déplore un message négatif envoyé aux jeunes médecins, tandis que MG France fustige une idée médicalement inacceptable, doutant que les patients reçoivent une information bien adaptée. Enfin, le Syndicat des médecins libéraux (SML) évoque quant à lui une nouvelle marque du « dumping médical » qu’il a récemment dénoncé.

Au-delà, pour tous les syndicats, c’est l’écœurement qui domine quant au manque de concertation.

A ce titre, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) invite la CNAM à s’asseoir en urgence à la table des négociations : « après la vaccination, le TROD, la cystite, la lombalgie, l’entorse, le médecin n’aura plus que des consultations longues, complexes et à haute valeur d’expertise ; elles ne peuvent rester au tarif actuel devenu obsolète et imposent d’ouvrir le chantier de la hiérarchie des tarifs de consultations. Devant ces décisions unilatérales, la CSMF demande à la CNAM d’engager sans délai une négociation afin de valoriser les consultations complexes et lourdes qui constituent de plus en plus l’essentiel du travail médical ».

*FSPF : Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF), Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine (USPO)

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Si les médecins...

    Le 20 septembre 2019

    On ne peut s'empecher de penser que si les médecins avaient été beaucoup plus nombreux à faire les TROD (40 % d'entre eux en commandent à la CPAM), les pharmaciens n'auraient pas été amenés à les faire…

    Marie-Odile Marchal (pharmacien)

  • TROD en trop

    Le 24 septembre 2019

    Je ne comprends pas le premier circuit
    "après une consultation médicale ayant conduit à un diagnostic d’angine bactérienne, la dispensation de l’antibiotique prescrit sera conditionnée à la réalisation d'un TROD en pharmacie au tarif de 7 euros."

    Mais en consultation pour affirmer angine bactérienne le TROD est déjà fait ?! sinon comment dire que c'est bactérien ...

    Et pourquoi est-il facturable en pharmacie mais pas au cabinet, pour sûr qu'à 7 euros/tdr nombre de confrère récalcitrant à le faire s'y mettrait.

    Dr Matthieu Mourin

  • Réponse au Dr Mourin

    Le 29 septembre 2019

    Peut-être parce que vous facturez une consultation alors que ce n’est pas le cas pour le pharmacien ?

    Jean-François Huon (pharmacien)

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article