Vitamine D et Spondylarthrite Ankylosante

Bien qu’aucune expérimentation pertinente n’ait été en mesure de confirmer que la vitamine D (vit D) interfère avec les cibles et les voies pathogéniques de la spondylarthrite ankylosante (SA), plusieurs études ont constaté que la vit D peut réguler la fonction des cytokines liées à Th17 pour prévenir la persistance de l’inflammation dans plusieurs maladies rhumatismales.

L'ostéoporose est une complication de la SA avancée provoquant souvent des fractures pathologiques, notamment au niveau du corps vertébral. Le ralentissement du métabolisme de la vit D et l'augmentation de la résorption osseuse peuvent aggraver la SA et altérer la qualité de vie des patients. Il s'agit ici du rôle « classique » de la vit D.

Il a par ailleurs été démontré que des niveaux inférieurs de vit D sont liés à une mortalité toutes causes plus élevées chez les patients SA et la supplémentation en vit D a été recommandée en cas de déficit pour améliorer la maladie et réduire ses comorbidités.

Une récente méta-analyse sur la relation entre vit D et les principaux indicateurs de surveillance de l'activité de la SA a étudié les articles publiés jusqu'au 30 août 2022. Après application des critères d'inclusion, elle a retenu 6 études (3 menées en Turquie, 1 en Allemagne, 1 au Maroc et 1 en Chine) concernant 503 patients SA et 398 témoins sains. Les analyses portaient sur le Bath Ankylosing Spondylitis Disease Activity Index (BASDAI), la vitesse de sédimentation (VS) et la CRP.

La qualité méthodologique des études était dans l'ensemble modérée à élevée.

Résultats d’une méta-analyse récente

Les patients atteints de SA avaient des taux sanguins de vit D considérablement inférieurs aux témoins (différence moyenne (DM) -7,53ng/ml, p < 0,001) et des taux de VS et CRP significativement plus élevés (DM VS + 11,75mm/h, p = 0,002 - DM CRP + 15,36mg/l, p = 0,004). Il y avait cependant une forte hétérogénéité dans les résultats et une analyse de sous-groupes a été réalisée par continent pour le taux de vit D, indiquant que l'hétérogénéité était statistiquement plus faible dans le sous-groupe asiatique.

Une corrélation négative a été découverte entre les taux sériques de vit D, BASDAI, VS et CRP. Ici aussi, il existait une hétérogénéité statistiquement significative. L'analyse des sous-groupes par continent pour la relation vit D-BASDAI a cependant montré une corrélation négative avec le BASDAI dans tous les sous-groupes. 

Cette méta-analyse confirme que les taux sériques de vit D sont en relation inverse avec le BASDAI chez les patients atteints de SA et que cette relation peut être significativement influencée par les variations continentales et ethniques. 

Selon les auteurs, ces résultats suggèrent que des taux plus élevés de vit D sérique sont fortement liés à la fois au contrôle de la maladie et à une amélioration de la qualité de vie des patients atteints de SA.

Il avait déjà été démontré que la SA est liée à des polymorphismes génétiques liés à la vitamine D : le long non codant RNA (lncRNA) H19 entre en compétition avec le récepteur de la vit D pour la liaison et favorise la production d'IL-17A et d'IL-23. Or ce lncARN est considérablement surexprimé chez les personnes atteintes de SA et l'axe IL-17/IL-23 est directement impliqué dans la physiopathologie de la SA.

Dans l'attente d'autres études cliniques de haute qualité nécessaires pour valider leurs résultats, les auteurs recommandent aux patients atteints de SA de s'exposer au soleil de façon acceptable ou de prendre des suppléments de vit D afin de réduire leurs symptômes et d'améliorer leur qualité de vie.

Cet article a d'abord été publié sur MediQuality le 22/01/2023

Dr Anne-Marie Bilas

Référence
Chen M, Li W, Li L, et al. Ankylosing spondylitis disease activity and serum vitamin D levels: A systematic review and meta-analysis. Medicine (Baltimore). 2022 Nov 18;101(46):e31764. doi: 10.1097/MD.0000000000031764. PMID: 36401455; PMCID: PMC9678609.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Vitamine D et spondylarthrite ankylosante

    Le 01 février 2023

    La France est sans doute le dernier pays du monde où les médecins ont encore besoin d'être convaincus de la nécessité absolue d'une supplémentation globale en vitamine D de toute la population.
    Les mêmes rhumatologues qui se foutaient de ma gueule lorsque je donnais 100 000 unités par mois, en donnent maintenant 200 000. Va savoir c'est peut-être trop.

    Dr MA, 13 700

  • Régulation immunitaire et vitamine D

    Le 03 février 2023

    On sait qu'il existe entre les deux une interaction biologique et un lien épidémiologique.
    Mais on ne sait nullement s'il est cliniquement utile de supplémenter certains patients.
    On ignore encore plus quelles sont les conséquences d'une administration systématique, généralisée, prolongée, a fortiori à quelle dose.
    L'investigation clinique méthodique est sûrement préférable à l'expérimentation sauvage.

    Dr Pierre Rimbaud

Réagir à cet article