UN CAPITAL A PRESERVER

Un capital à préserver

Monsieur B., 72 ans, est hospitalisé pour un œdème aigu du poumon (OAP). Il a pour facteurs de risque athérogène une dyslipidémie, un diabète non insulinodépendant (DNID) traité par un régime, une obésité et une HTA ancienne. On relève dans ses antécédents une bronchopathie chronique et une néphrectomie gauche en 1994 pour pyélonéphrite.

L'interrogatoire retrouve la survenue de deux OAP depuis cinq mois. Son traitement comporte : Lasilix®, Catapressan®, Amlor®, Eupressyl®, Lipanthyl®, Ventoline®.

Lors de l'admission il existe une polypnée, on ne note pas de signe d'angor. L'examen clinique retrouve des bruits du cœur réguliers sans souffle cardiaque, des sous-crépitants dans les deux champs pulmonaires, pas de signe de phlébite, pas de souffle vasculaire. La tension artérielle oscille entre 16/9 et 25/12 en cours d'hospitalisation.

L'ECG montre un bloc de branche droit et un hémibloc antérieur gauche déjà connus. La radiographie de thorax confirme l'OAP. L'échographie cardiaque retrouve une cinétique ventriculaire gauche normale, pas d'hypertrophie ventriculaire gauche, pas de valvulopathie, pas de cœur pulmonaire. La biologie montre une créatininémie à 16 mg/l, une urée à 0,76 mg/l, une kaliémie à 4,4 mEq/l, des CPK à 56 UI/l.

Quels diagnostics étiologiques évoquez-vous devant ces OAP à répétition ?

Quels examens envisagez-vous ?

Copyright © http://www.jim.fr

Votre diagnostic

Votre réponse


Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article