Les punaises de lit sont entrées dans Paris

Paris, le vendredi 29 septembre 2023 – Présentes dans les maisons, les cinémas, les métros ou les trains, les punaises de lit constituent un problème de santé publique de plus en plus médiatisé.

Elles font moins d’un centimètre et font pourtant trembler la France entière : les punaises de lit sont en train de devenir la terreur des Français et un problème de santé publique important ou en tout cas fortement médiatisé. Depuis quelques jours, ces insectes hétéroptères, qui existent depuis l’époque des dinosaures, sont en effet devenus l’une des stars de la rentrée.

Sur les réseaux sociaux, de plus en plus d’internautes publient des vidéos de leur « rencontre » avec des punaises de lit, dans des trains, des rames de métro ou des cinémas. Dans les nombreuses vidéos publiées, les vraies punaises de lit côtoient des insectes innocents et une véritable psychose collective semble avoir gagné les internautes.

Des insectes qui rendent fou

Insectes hématophages qui se nourrissent du sang de leurs hôtes, les punaises de lit se cachent généralement, comme leur nom l’indique, dans les sommiers mais peuvent se déplacer dans les bagages ou sur les vêtements. On les trouve notamment dans les lieux de passage brassant un grand nombre d’individus (humains) comme les transports en communs, les cinémas ou les hôtels.

Ces nuisibles, qui avaient totalement disparus de nos contrées dans les années 1950 grâce à l’utilisation massive d’insecticides, ont refait leur apparition dans les pays développés depuis une trentaine d’années en raison de la multiplication des voyages, du développement du marché de l’occasion et semble-t-il également de leur plus grande résistance aux insecticides.

Si les punaises de lit ne sont semble-il pas vectrices de maladies (même si certains scientifiques suspectent qu’elles puissent transmettre la maladie de Chagas ou la fièvre des tranchées), elles peuvent en revanche provoquer de graves démangeaisons et des dermatites. Ces démangeaisons ainsi que la grande difficulté à mettre fin à une infestation par des punaises de lit dans un logement peuvent être la source de troubles psychologiques et parfois psychiatriques chez les personnes contaminées (troubles du sommeil, anxiété voire crise de panique).

Selon une enquête de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dont les conclusions ont été publiées le 19 juillet dernier, 11 % des foyers français ont été contaminés par ces insectes entre 2017 et 2022. « Contrairement à une idée reçue, leur présence ne traduit pas un manque de propreté » et il n’existe « pas de lien entre le niveau de revenu d’un foyer et le fait d’être victime d’une infestation ».

L’Anses estime qu’un foyer infecté dépense en moyenne 886 euros pour se débarrasser de ces nuisibles. L’agence estime le coût de la lutte contre les punaises de lit à 230 millions d’euros par an, auquel il faut ajouter un coût sanitaire de 83 millions d’euros, essentiellement dû à la baisse de la qualité de vie, aux troubles du sommeil et à l’impact des infestations sur la santé mentale.

La France en guerre contre les punaises de lit

Pour lutter contre ces hétéroptères, l’Anses recommande d’éviter l’utilisation de produits chimiques, qui peuvent être nuisibles pour la santé et l’environnement et renforcent la résistance des insectes. Il existe en revanche plusieurs méthodes non chimiques efficaces comme l’aspiration, la chaleur sèche (pour traiter une pièce dans son ensemble) ou la congélation (pour traiter des vêtements ou des objets). Des chiens spécialement entrainés peuvent également être utilisés pour les détecter.

Face aux nombreux témoignages de présence de punaises de lit dans les transports en commun, le ministre des Transports Clément Beaune a annoncé ce vendredi qu’il organiserait la semaine prochaine une réunion avec les opérateurs de transport pour déterminer les mesures à prendre contre ces nuisibles, signe que la situation est prise très au sérieux par les autorités.

La mairie de Paris a de son côté demandé ce jeudi au gouvernement de s’emparer du sujet. « Les punaises de lit sont un problème de santé publique et doivent être déclarés comme tel » écrit l’adjoint au maire Emmanuel Grégoire dans une lettre ouverte à la Première Ministre Elisabeth Borne. « Il faut que l’Etat réunisse urgemment l’ensemble des acteurs concernés afin de déployer un plan d’action à la hauteur de ce fléau alors que la France entière s’apprête à accueillir les Jeux Olympiques en 2024 ». La mairie de Paris demande notamment l’organisation « d’assises de la lutte contre les nuisibles » ainsi qu’une prise en charge financière par la collectivité de la décontamination et du « risque psychologique après une telle infestation ».

A quand une déclaration de guerre présidentielle ou un confinement pour stopper l’invasion des punaises de lit ?

Quentin Haroche

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article