Vaccination HPV : les professionnels de santé doivent faire la différence !

Paris, le jeudi 27 avril 2023 – À l’occasion de la semaine européenne de la vaccination, l’Institut national du cancer (Inca) souhaite mettre en avant le rôle des professionnels de santé concernant la vaccination contre les HPV.

Le président de la République l’a annoncé le 28 février dernier : une campagne de vaccination gratuite sera déployée dans tous les collèges de France à la rentrée 2023. La vaccination concernera les enfants de 5e.

Pour mieux informer les parents, qui devront autoriser la vaccination de leurs enfants, l’Institut national du cancer (Inca) a souhaité lancer une campagne de communication à destination des professionnels de santé.

Une couverture vaccinale encore trop faible

La vaccination contre les infections au papillomavirus humain (HPV) permet d’éviter jusqu’à 90 % des infections à l’origine des cancers HPV induits, explique l’Inca. Pourtant, seulement 41,5 % des jeunes filles et 12,8 % des jeunes garçons sont vaccinés — bien loin de l’objectif d’une couverture vaccinale à 80 % à l’horizon 2030, fixé dans la stratégie décennale de lutte contre les cancers.

C’est pourquoi l’Inca souhaite renforcer la communication autour de ce vaccin, en s’adressant en priorité aux professionnels de santé, dont le rôle prépondérant dans l’information et dans la recommandation contre les HPV a été confirmé par une enquête menée en 2019 par l’Inca et la Haute autorité de santé. Selon cette étude, en effet, 97 % des parents répondants déclarent suivre les conseils de leur médecin lorsqu’il recommande la vaccination.

Un vaccin encore trop peu recommandé par les praticiens

L’Inca souligne, néanmoins, que l’ensemble des bienfaits du vaccin contre les HPV reste méconnu : 70 % des répondants connaissent l’action préventive du vaccin sur le cancer du col de l’utérus, mais seulement 10 % d’entre eux sont au courant de son effet protecteur contre les verrues ano-génitales et les cancers ano-génitaux.

L’Inca pointe d’ailleurs que « si 96 % des médecins généralistes ayant répondu à cette enquête se disent favorables à cette vaccination, ils ne sont que 40 % à la proposer systématiquement dans la crainte d’un refus ».

Pour accompagner les médecins et les professionnels de santé dans l’information qu’ils peuvent donner aux parents, l’Institut national du cancer a donc développé un dossier complet sur la prévention des risques infectieux liés au HPV ainsi qu’une rubrique dédiée avec des arguments clés.

Une réduction « avérée » sur la réduction du risque du cancer du col de l’utérus

En outre, l’Inca rappelle qu’une association entre vaccination et réduction du risque de cancer du col de l’utérus a été publiée à partir du registre de cancers suédois en 2020. « Sur la période 2006-2017, l’observation des cancers survenus chez les femmes âgées de 10 à 30 ans a permis de mettre en évidence un risque de cancer invasif du col de l’utérus inférieur chez les jeunes femmes ayant reçu a minima une dose de vaccin quadrivalent contre les HPV », explique l’Institut.

En Suède, la couverture vaccinale a atteint 83 % en 2020, et une réduction des lésions précancéreuses de 75 % a pu être observée chez les jeunes vaccinées avant l’âge de 17 ans, en comparaison avec les autres jeunes femmes.

De l’autre côté du monde, en Australie, la couverture vaccinale d’au moins 80 % a permis de réduire de plus de 77 % les génotypes responsables de 75 % des cancers du col de l’utérus. « Dans ce pays, le succès de la campagne de vaccination, associée au dépistage, ouvre la perspective d’une éradication du cancer du col de l’utérus d’ici une quinzaine d’années », conclut l’Institut national du cancer.

Raphaël Lichten

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article