Au secours, mon pénis est trop grand !

Paris, le samedi 2 juillet 2022 – S’il y a une réalité anthropologique qui semble universel, c’est bien l’obsession des hommes pour leur pénis. Les hommes n’ont probablement pas attendus Sigmund Freud pour mesurer la taille de leur sexe et pour s’en réjouir ou s’en inquiéter. Si les Grecs et les Romains préféraient les petits modèles et considéraient les gros sexes comme l’apanage des barbares (il suffit d’examiner des statues antiques pour s’en rendre compte), notre époque marquée par l’omniprésence de la pornographie a érigé les grosses verges en symbole de la virilité et de la performance sexuelle.

Un pénis qui trotte dans la tête

L’homme que le site d’information Konbini a interviewé la semaine dernière faisait jusqu’à il y a peu partie de ces happy few qui possède un sexe de taille importante, 20 cm de longueur en érection selon ses dires. Mais au lieu d’en tirer une fierté ou une confiance en soi accrue, Paul (c’est ainsi que l’appelle les journalistes du site Konbini) en a plutôt tiré une gêne et un complexe. « Ce qui me dérangeait, c’était ce sentiment de disproportion entre mon corps et mon sexe car je ne suis pas excessivement grand » raconte-t-il. Même s’il considère qu’il ne souffrait pas de « complexe ou de mal-être à proprement parler », il avoue que l’envie d’avoir un sexe plus petit trottait dans sa tête depuis l’adolescence.

A l’arrivée des moteurs de recherche Internet, Paul a donc commencé à tenter régulièrement de trouver s’il existait une solution à son mal-être pénien, en vain. L’espoir renait en 2015, lorsqu’il a vent d’une opération de réduction de la taille du sexe réalisée en Floride. A la suite de plusieurs crises de priapisme, le sexe du patient avait atteint une circonférence de 25 cm, ce qui l’empêchait d’avoir des relations sexuelles. L’opération lui avait permis de retrouver une vie sexuelle normale. Si Paul n’arrive pas à entrer en contact avec les opérateurs américains, il se lance en quête d’un chirurgien prêt à opérer sa virilité.

Mieux vaut un petit pénis heureux qu’un gros sexe complexé

C’est finalement un chirurgien urologue belge, « une pointure du CHU de Liège » qui accepte d’opérer Paul. L’opération est une première mondiale, puisqu’il s’agit cette fois de réduire la longueur du pénis et non sa largeur comme en Floride. Le chirurgien belge peut cependant s’appuyer sur son expérience des opérations de redressement de la verge, interventions qui conduisent mécaniquement à une diminution de la longueur du pénis. « J’ai une confiance raisonnée en la médecine moderne et les actes pratiquées sur moi l’avaient déjà été séparément sur d’autres patients » explique Paul pour justifier pourquoi il a accepté de devenir le premier homme à se faire réduire la taille du sexe.

C’est avec une certaine passion que Paul décrit le traitement subi par son pénis : « quatre fils de nylon ont été posées le long de l’albuginée, de haut en bas et dont le but est de limiter l’extension en cas d’érection, les fils sont supers résistants et ils restent ; après, on reglove et on recoud le fourreau cutané ». L’intervention a même été filmée en raison de son caractère novateur. « Je l’ai regardé, c’était assez bizarre et assez sanguinolent » explique le patient.

Désormais, Paul est un homme heureux avec un pénis parfaitement fonctionnel de seulement 8 cm en érection. « Je me sens nettement mieux dans ma peau ; lorsque j’ai rencontré l’urologue, c’était une espèce de lumière au bout du tunnel ; plutôt qu’un soulagement, c’était même une libération ». Selon Paul, il est certain que d’autres hommes sont dans la même situation et, pour reprendre une expression à la mode, il estime que « la libération de la parole est très importante ». Y’aura-t-il un MeToo des gros sexes ?

Quentin Haroche

Référence
Martinez DR, Manimala NJ, Rafiei A, Hakky TS, Yang C, and Carrion R. The reduction corporoplasty: The answer to the improbable urologic question “Can you make my penis smaller?” J Sex Med 2015;12:835–839.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article