Aux urgences aussi, l’échographie « point of care » excelle

Marseille, le samedi 11 juin 2021 – L’intérêt de l’échographie au lit du malade, rendue de plus en plus facilement possible grâce à la miniaturisation des équipements, a été mis en évidence dans de nombreuses situations. Ces échographes de poches, également parfois appelés « échographe point of care » contribuent ainsi à une amélioration des soins en réanimation, au bloc opératoire ou encore lors des interventions en urgences.

Précision du diagnostic et accélération de la prise en charge

A Marseille, les équipes des services Anesthésie réanimation et Médecine intensive réanimation de l’hôpital Nord ont souhaité évalué l’intérêt de ces échographes de poche dans le cadre du fonctionnement classique d’un service d’urgences intra-hospitalier. Leur analyse a consisté en une étude prospective incluant165 patients, une première moitié (83) pour lesquels l’échographie « point of care » a été utilisée, une seconde moitié (82) qui n’en pas bénéficié. Les résultats sont sans équivoque, l’échographie de poche a ainsi permis d’obtenir 94 % de diagnostics initiaux non modifiés ultérieurement, et considérés comme exacts (contre 80 % dans l’autre groupe). Par ailleurs, la prise en charge a également été accélérée.  « Il y a moins d’incertitudes dans les thérapeutiques à utiliser. Les traitements sont beaucoup plus ciblés et on économise au moins un examen par diagnostic. La diminution de la mortalité n’était pas l’objet principal de notre analyse. Mais au regard des données compilées nous pouvons constater qu’elle est considérablement réduite grâce à l’échographie », relève le Dr Alexandre Lopez, qui a participé à cette évaluation, cité sur le portail de l’Assistance publique – hôpitaux de Marseille (AP-HP).

Un temps de formation indispensable

Cependant, le Dr Lopez et ses confrères dont les résultats ont été publiés ce printemps dans la revue Critical Care, insistent sur le fait que pour obtenir d’aussi bons résultats, un temps de formation est indispensable. « C’est aussi ce travail en amont qui rend le système si efficace et en fait l’une des avancées majeures de la médecine au 20ème siècle. A tel point que l’on envisage de l’enseigner dans le tronc commun des études de médecine, en même temps que la sémiologie médicale », signale le Dr Zieleskiewicz, chef de service adjoint du département d’Anesthésie-Réanimation.

Aurélie Haroche

Référence
Laurent Zieleskiewicz et coll : « Bedside POCUS during ward emergencies is associated with improved diagnosis and outcome: an observational, prospective, controlled study, Critical Care volume 25, Article number: 34 (2021)

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Echographie dès le début des études

    Le 24 juillet 2021

    Enfin il est grand temps que l'utilisation de cette technique soit généralisée et enseigné des le début des études médicales.

    Dr Yvonne Cadoret

Réagir à cet article