Débuguer le moustique !

Paris, le samedi 25 juillet 2020 – Parmi les méthodes destinées à limiter la prolifération d’Aedes aegypti, deux pistes sont particulièrement surveillées, qui toutes deux reposent sur l’utilisation de moustiques mâles modifiés biologiquement. Une première voie (qui est notamment celle suivie par les équipes financées par Bill Gates) consiste à modifier génétiquement les moustiques mâles afin que leur progéniture ne dépasse pas l’âge adulte et ne puisse ainsi donc pas favoriser la propagation de la dengue, du paludisme et autres maladies véhiculées par des moustiques. La seconde, qui est préférée par la firme Verily (filiale d’Alphabet, elle-même filiale de Google) consiste à rendre les mâles stériles grâce à la bactérie Wolbachia, ce qui doit conduire à éteindre rapidement les communautés de moustiques.

Où sont les femmes ?

Développée depuis plusieurs années, cette voie, à laquelle Verily a donné le nom de « Debug » a été ce printemps l’objet d’une publication positive dans la revue Nature Biotechnology. Les travaux se basent sur les observations réalisées après le lâcher de 80 000 moustiques mâles infectés par Wolbachia dans plusieurs quartiers du comté de Fresno entre avril et octobre 2018. L’opération aurait permis selon les données présentées dans Nature une éradication de 93 % des moustiques femelles, comme le démontre notamment leur quasi absence dans les pièges destinés à les comptabiliser, soit une chute très nette par rapport aux années précédentes.

Des données solides

Alors qu’Alphabet s’est déjà engagé dans plusieurs programmes, à travers notamment un partenariat avec l’agence environnementale de Singapour, ces données ont été accueillies très favorablement par la firme. « Bien que nous ayons précédemment résumé les résultats impressionnants de notre programme Debug Fresno, le document révisé par les pairs fournit de nouveaux détails concernant la conception de notre étude sur le terrain, la technologie d’élevage et de libération des moustiques, les données de piégeage et les méthodes d’analyse », détaille en outre Verily.

Aurélie Haroche

Références
Jacob E. Crawford et coll. : « Efficient production of male Wolbachia-infected Aedes aegypti mosquitoes enables large-scale suppression of wild populations », Nature Biotechnology, https://doi.org/10.1038/s41587-020-0471-x

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Tigre

    Le 25 juillet 2020

    Qu’est devenue la TIS (technique de l’insecte stérile) mise au point par l’IRD à la Réunion depuis plus de dix ans, par irradiation des mâles ?

    Qui met des bâtons dans les roues de la recherche française ?

    Dr A. Fourmaintraux

Réagir à cet article