Etats-Unis : les anti-vaccins surfent sur la vague Covid



New York, le mercredi 6 juillet 2022 – Les débats sur les vaccins anti Covid-19 ont donné un second souffle aux mouvements antivaccins et ce sont désormais toutes les vaccinations qui sont affectées.

Depuis le 21 juin dernier, la vaccination contre la Covid-19 est ouverte aux enfants Américains de moins de 5 ans. Bien que le Président Joe Biden ait qualifié le début de cette campagne de vaccination pédiatrique d’ « étape historique » et de « pas en avant monumental », entre 20 et 30 % des parents seulement envisagent de faire vacciner leurs enfants selon les sondages. Un signe sans doute que l’épidémie de Covid-19, qui n’a jamais été d’aussi faible intensité depuis plus de 2 ans outre-Atlantique (autour de 220 morts par jour), n’intéresse plus les Américains. Un signe aussi malheureusement que l’épidémie de Covid-19 a donné un nouvel écho aux idées antivaccins.

Une épidémie très politique

Longtemps assez marginaux dans l’espace public aux Etats-Unis (si l’on excepte certaines communautés spécifiques), les discours antivaccins sont de plus en plus prolixes grâce aux réseaux sociaux. « Les gens s’opposent aux vaccins depuis que les vaccins existent mais les discours sont devenus plus sophistiqués au cours des 10 dernières années et cela est dû en grande partie à la capacité à s’organiser sur les réseaux sociaux » explique David Broniatowski, professeur de sociologie à l’université de Washington. Le grand débat public sur l’utilité et la sécurité des vaccins anti Covid-19 qui a occupé le monde ces 18 derniers mois a servi de caisse de résonnance à ces discours antisciences. Aux Etats-Unis, où la gestion de l’épidémie a pris une tournure très politique, certains responsables conservateurs, désireux de s’opposer à la politique sanitaire du président Joe Biden, n’ont pas hésité à relayer ces thèses antivaccins.

Résultat, non seulement les Américains se sont moins fait vacciner contre la Covid-19 que les Européens, mais les couvertures des vaccins classiques diminuent également. Au Texas, le taux d’immunisation avec les vaccins pédiatriques recommandés a diminué de 47 % chez les bébés de moins de 5 mois depuis le début de la pandémie et de 58 % chez les moins de 16 mois. Dans l’Etat de Washington, le taux de vaccination des enfants a baissé de 13 % et seulement 70 % des nourrissons ont reçu tous leurs vaccins au Michigan. Selon le cabinet de conseil Avalere, le nombre annuel de doses administrées chez les plus de 7 ans a diminué de 37 millions entre 2020 et 2021. Les perturbations dans l’accès aux soins liées aux confinements seraient loin d’être seules en cause. Or, on sait que les conséquences d’une baisse de la couverture vaccinale peuvent être très rapides : depuis 2018, plusieurs foyers de rougeole ont été signalés, notamment chez des juifs ultra-orthodoxes opposés à la vaccination.

Des agents étrangers à la manœuvre

« De plus en plus de parents nous demandent si les vaccins sont vraiment nécessaires » s’inquiète le Dr Jason Terk, président de l’association américaine de pédiatrie. Selon un sondage de 2021, 28 % des Américains estiment que la vérité sur les effets nocifs des vaccins est « délibérémentcachée ». Cette montée des idées antivaccins aux Etats-Unis serait soutenue sur les réseaux sociaux par des agents chinois et russes, qui cherchent à miner la confiance des populations occidentales dans leur gouvernement en pratiquant la désinformation.

Cependant, ce mouvement ne semble pas inquiéter le gouvernement américain pour le moment. Il vient de passer commande auprès de Pfizer de 105 millions de doses de vaccin anti-Covid, avec une option pour en acheter 300 millions supplémentaires. Seulement 160 000 doses de vaccin anti-Covid sont administrées chaque jour aux Etats-Unis.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article