Football américain : un casque à l’écoute de tous les joueurs

Paris, le samedi 18 novembre 2023 – Un tout nouveau casque dernier cri permet enfin à un coach de football américain de communiquer avec ses joueurs sourds et malentendants, à l’aide d’une œillère qui transmet les informations en temps réel.

L’université de Gallaudet, à Washington D.C. (États-Unis), est unique au monde : c’est la seule université de la planète à délivrer principalement des cours et des services spécifiquement conçus à destination des sourds et des malentendants. Fondée en 1864, elle compte — comme la grande majorité des universités américaines, une équipe de football américain, sport très populaire outre-Atlantique.

Or, depuis plusieurs années, les joueurs de football américain, surprotégés, sont équipés de casques connectés qui leur permettent de communiquer avec leur coach, qui leur donne, à l’oral, des informations sur la tactique à adopter au fur et à mesure de la partie. Un avantage dont peuvent difficilement bénéficier les joueurs sourds et malentendants…

Les joueurs sourds et malentendants particulièrement désavantagés  

L’autre désavantage significatif pour ces derniers, c’est la difficulté à suivre le simple cours du jeu. « Nous communiquons [en langue des signes américaine, ASL] avec rapidité comme toute autre équipe dans le pays », raconte le coach Chuck Goldstein à nos confrères de l’AFP. « Mais la différence, c’est que nos joueurs n’entendent pas le sifflet ». En conséquence, il n’est pas rare que l’arbitre sanctionne les joueurs de l’équipe universitaire de Gaullaudet pour avoir continué le jeu — un problème qui n’arriverait jamais à n’importe quel autre joueur de football américain.

Le coach peut essayer tant bien que mal de donner des directives depuis le banc de touche, mais « si notre joueur ne nous regarde pas, il ne va pas savoir ce qu’on lui dit », ajoute l’entraîneur.

C’est pour cela que le géant des télécoms AT&T, en partenariat avec l’université de Gallaudet, a développé un casque fait spécifiquement pour ces joueurs atteints de surdité.

Des informations envoyées en temps réel grâce à la 5G

De l’extérieur, le casque en question ressemble trait pour trait à n’importe quel autre, avec sa grille métallique et son enveloppe dure pour protéger les joueurs des chocs et des commotions. La seule différence, c’est cette petite œillère transparente suspendue devant l’œil du joueur, à la manière d’un viseur.

Depuis le banc de touche, le coach est désormais en mesure d’envoyer des instructions instantanément à ses joueurs depuis une tablette, connectée aux casques grâce à la 5G. Des signaux lumineux en réalité augmentée apparaissent ainsi sur l’œilleton, avec des chiffres, des lettres ou des symboles — qui renvoient à des combinaisons de jeu ou des stratégies développées à l’entraînement.

« Le casque permet aux joueurs sourds et malentendants de voir les consignes aussi rapidement que leurs adversaires peuvent les entendre », explique Andrew Bennett, responsable au sein de la division produits 5G d’AT&T.

Le produit est d’ailleurs aussi doté d’un « dispositif d’urgence », qui sert à interpeller un joueur particulier. « J’ai [sur la tablette] une sorte de bouton rouge, c’est comme un point d’exclamation. Si j’ai besoin de l’attention du quarterback, j’appuie sur le bouton et les flashs rouges apparaissent », détaille Chuck Goldstein.

Pour l’heure, la fédération qui régit les sports universitaires aux États-Unis, la NCAA, n’a autorisé l’utilisation de ce casque que pour un seul match, qui a eu lieu début octobre. Mais une réunion entre l’université et l’organisation devrait avoir lieu prochainement, avec, en ligne de mire, une potentielle autorisation permanente. Chuck Goldstein, quant à lui, pense que les possibilités de ce casque sont « sans fin » et « pas seulement pour les joueurs sourds ou malentendants ».

Raphaël Lichten

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article