Fumeux, mais fameux

Paris, le samedi 3 avril 2021 - On aurait pu lui dire, nous. Quand il entend une voix féminine, le commissaire Claude Maplède, qui vient de demander à parler au commandant Claude Chaudron est embarrassé : « Euh, je voudrais parler au Commandant Chaudron » s’excuse-t-il. Energique, Claude Chaudron répond : « Mais, c’est moi commissaire » !

Qui sera le plus sauvage ?

On aurait pu lui dire nous. Car Claude Chaudron est une vieille amie. Voilà plusieurs années que nous nous réjouissons de retrouver régulièrement son flegme, la pertinence de ses déductions et surtout les labyrinthes où la mène le docteur Olivier Kourilsky. Cette fois-ci (comme les autres), nous n’avons pas été déçus. D’abord, parce qu’enfermés dans notre crise sanitaire, nous avons pu voyager. L’histoire commence sous l’horizon des Pyrénées. Entre la sérénité du ciel et la sauvagerie tranquille de porcs noirs de Bigorre, occupés à bouloter une scène de crime. Bien sûr, dans ce dernier opus d’Olivier Kourilsky, THC sur ordonnance, en termes de cruauté, les porcs ne sont pas, les plus sordides.

Promenade en doux piège

L’intrigue, puisqu’il ne faut rien en dire, aiguisera toute l’intelligence du lecteur. L’auteur distille en effet, avec probablement une douce délectation, des indices au fil des pages, dont l’évidence ne manquera pas de vous éclater au visage une fois la dernière page achevée. Trop tard ! Mais pas trop tard pour savourer la façon dont Olivier Kourilsky vous aura baladé de suspects en truands cannés, d’enquêteur désarçonné en fils intelligemment dénoués, de médecins corrompus en inspecteur trop bouleversé.

Le pire n’est jamais sûr

L’intrigue, puisqu’on peut bien en dire quelques mots, est une longue course pour s’éveiller d’un cauchemar, dont chaque soupir vous conduit dans une confusion jouissive supplémentaire et où les difficultés ne sont jamais là où on s’y attend. Car ce n’est pas l’identification du corps démembré retrouvé par les équipes de Claude Malpède qui va poser problème. Rien de plus simple en effet grâce à l’ADN. Mais c’est la réponse qui va être une énigme, puisque le trafiquant de drogue ici identifié, un certain Pedro Ramirez est mort deux ans plus tôt. Qu’à cela ne tienne, allons voir son cercueil. Vide, monsieur le commissaire. On mesure déjà combien les ténèbres ne sont pas prêtes de s’éclairer. Surtout, quand l’enquête découvre que les employés des pompes funèbres qui ont procédé à son inhumation sont malencontreusement morts dans un accident de voiture. L’antidote à un tel venin ne pouvait venir que du commandant Claude Chaudron, que l’on retrouve avec plaisir, ainsi que son équipe, tandis qu’un personnage d’antan, Maupas, aura dans l’énigme un rôle aussi important que touchant.

Essentiel

Ajoutez à cela des postiches pour les brigands, l’humeur familière d’une équipe parfois facétieuse, et des minuscules (mais ô combien savoureuses) références historiques (au  franquisme par exemple) et vous ne remercierez sans doute jamais autant le gouvernement d’avoir considéré la littérature comme un remède essentiel.

Aurélie Haroche

Référence
THC Sans ordonnance, Olivier Kourisky, Editions Glyphe, 233 pages, 15 euros

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article