Grand Prix de l’Innovation pour la Santé de l’enfant : les nourrissons les plus fragiles à l’honneur

Paris, le samedi 1er décembre 2018 – Pour son 100ème anniversaire, la Fondation Saint Pierre qui accueille des enfants et des adolescents malades à Palavas s’est fait un cadeau qui n’a pas de prix : la création d’une distinction destinée à récompenser des projets innovants dans le domaine de la santé de l’enfant. Ce concours a été mis en place grâce au soutien de la Caisse d’Epargne qui a permis de distribuer deux récompenses représentant au total 100 000 euros.

Projet miniature mais aux potentiels maximums

Enthousiaste, la Fondation Saint Pierre a eu l’heureuse surprise de constater que les candidats ayant répondu à son appel étaient à la hauteur de ses attentes. « Nous avons trouvé que les projets retenus étaient de haut niveau » a ainsi remarqué le Professeur Benoît Galifer, chirurgien pédiatrique à Montpellier et président du jury qui était constitué de quatre médecins et de deux experts financiers et techniques. Dix projets ont été retenus : cinq concourant pour le prix Talent (70 000 euros) et cinq pour le prix Espoir (30 000 euros). Les lauréats ont été dévoilés le 13 novembre dernier. Dans la catégorie Talents, la start up Devinnova s’est distinguée grâce à un projet prometteur de patch cutané permettant de surveiller les signes vitaux des nourrissons présentant un risque cardiaque. Déjà à l’origine d’un tel patch pour les adultes, Devinnova va pouvoir compter sur la dotation de la Fondation Saint Pierre pour relever le pari de la miniaturisation. Au-delà de la prise en charge des enfants présentant un risque cardiovasculaire, le dispositif pourrait être utilisé dans d’autres situations. « Ce projet a été récompensé pour ses potentialités concernant son application dans d’autres pathologies, en particulier la prévention de mort subite du nourrisson », explique ainsi Benoît Galifer.

Remplacer l’électrode par un matelas équipé de capteurs

Le prix Espoir (doté de 30 000 euros) a également salué un projet dédié à la surveillance des constantes vitales. La start up Deepsense a ainsi présenté un projet abouti de matelas équipé de capteurs permettant de surveiller la fréquence cardiaque et respiratoire des nourrissons en couveuse. Ce dispositif permettrait de limiter le recours aux électrodes, dont l’utilisation n’est pas sans difficulté. « C’est une innovation d’usage extrêmement pratique pour l’amélioration du confort des nourrissons en couveuse, la simplification des soins infirmiers et des toilettes et la diminution du stress des familles » a commenté le

Pr Galifer qui fonde aujourd’hui beaucoup d’espoir dans les résultats des tests cliniques qui devraient être lancés au printemps 2019.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article