Que sont les fantômes contre lesquelles la Californie multiplie les mesures ?

Los Angeles, le samedi 25 septembre 2021 – Après San Francisco et San Diego, Los Angeles a au début du mois de septembre adopté une ordonnance destinée à interdire de vendre et posséder des armes dites fantômes. Ces dernières constituent en effet désormais en Californie une priorité de la lutte contre les armes à feu.

« 80 % receivers »

Depuis un peu moins de 10 ans, les armes fantômes ont fait une percée remarquée aux Etats-Unis. Également appelés « armes en kit » ou « faits maison », ces pistolets et autres fusils sont souvent achetés sur internet et reçus dans des colis dénommés « 80 % receivers ». En effet, le produit n’est finalisé qu’à 80 % (soit le taux limite pour être considéré comme une véritable arme à feu) et il revient à l’acheteur de se procurer les pièces manquantes et de les assembler. La tâche est relativement aisée : les mêmes vendeurs en font la promotion et proposent des tutoriels très clairs. Plusieurs journalistes ont ainsi fait l’expérience aux Etats-Unis : quelques heures suffisent, même aux personnes peu expérimentées, pour reconstituer une arme. Il n’a ainsi nullement été nécessaire de se soumettre aux vérifications d’usage (en vigueur dans la majorité des Etats et notamment destinées à contrôler d’éventuels antécédents psychiatriques ou criminels), tandis que l’arme est intraçable puisque sans numéro de série. Une autre méthode consiste à utiliser des imprimantes en 3D.

Fusillade de masse

Semblant initialement principalement intéresser les habituels afficionados des armes à feu, le phénomène semble s’être élargi ces dernières années, notamment à la faveur des mesures de confinement, qui ont semblé inciter un nombre important d’Américains à vouloir se protéger. Si à l’échelon national, le phénomène resterait marginal, bien que par définition difficile à appréhender (10 000 armes fantômes ont été confisquées aux Etats-Unis en 2019 alors que 40 millions d’armes étaient légalement vendues l’année suivante…), il prend des proportions plus préoccupantes en Californie.

Probablement en raison de la dureté des lois contre les armes à feu dans cet Etat, cette filière alternative connaît un grand succès. Ainsi, 40 % des armes impliquées dans des affaires criminelles en Californie en 2019 ne pouvaient être tracées, contre quasiment aucune cinq ans auparavant. L’opinion publique a par ailleurs été particulièrement sensibilisée quand il a été découvert que l’adolescent à l’origine d’une fusillade dans un lycée de Santa Clarita en novembre 2019 avait eu recours à une arme à feu de ce type pour tuer trois personnes avant de se suicider.

Aussi, la Californie se mobilise-t-elle désormais non seulement contre ceux qui achètent ces armes mais aussi contre ceux qui les commercialisent. Mais concernant les imprimantes 3D, les autorités n’ont que peu de poids face à la décision de justice qui en 2018 a reconnu la légalité de ces dispositifs pour cette utilisation.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article