Qu’est-ce qui a pratiquement triplé en moins de 70 ans ?

Paris, le samedi 4 juillet 2020 – Nous avons beaucoup recensé les morts ces derniers mois, partout dans le monde. Mais certains, soucieux de mise en perspective, en ont également profité pour recompter les vivants ou s’intéresser à l’espérance de vie. En la matière, le rapport publié cette semaine par le Fonds des nations unies pour la population est riche d’enseignement. Il nous rappelle déjà que les habitants de cette planète sont quasiment trois fois plus nombreux qu’en 1950 : la population mondiale étant passée de 2,6 milliards à 7,3 milliards en 2017. Même si nous avons plus que jamais (ou encore une fois) appris à nous méfier des prédictions, ce rapport nous promet des progressions aussi rapides pour les décennies à venir : nous pourrions ainsi être 9,7 milliards en 2050 et 11 milliards à l’aube du 22ème siècle. Pas de doute, notamment pour les Nations Unies, que la médecine moderne et l’amélioration considérable du niveau de vie soient à l’origine des augmentations passées et à venir. D’ailleurs, la croissance attendue sera plus certainement portée par la hausse de l’espérance de vie que par le nombre des naissances, en effet le taux de fécondité ne cesse de reculer, atteignant aujourd’hui 2,5 enfants par femmes, tandis qu’il ne devrait pas dépasser 2,2 en 2050.  A contrario, en 2017 l’espérance de vie atteint 72,6 ans, et des progrès considérables ont été constatés dans les pays les plus en recul, avec cependant une persistance des inégalités : un écart de 7,4 ans existe entre les états les plus pauvres et la moyenne mondiale.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article