Qui pisse contre le vent mouille sa chemise

Prudemanche, le samedi 5 octobre 2019 - Alain Massot, maire de Prudemanche, un petit village d’Eure-et-Loir de 256 âmes s’est invité avec humour dans le débat sur l'utilisation de pesticides à proximité des habitations.

Il a pris un arrêté municipal interdisant d’uriner à moins de cinq mètres des parcelles cultivées qui précise « les résultats d'analyses d'urines humaines révèlent une présence importante de produits chimiques dont l'origine est multiple : produits pharmaceutiques, substances contenues dans les produits domestiques, cosmétiques, produits chimiques (...) et dont la majorité sont interdits en agriculture en raison de leur toxicité ». En cas d’infraction constatée, les contrevenants risquent une amende de 50 euros et en cas de récidive « la pénalité pourra aller jusqu'à la saisie des moyens incriminés » (sic).

Dans l’Echo républicain l’édile s’amuse : « une cinquantaine de maires de France, sans doute pour des raisons électorales, et sans connaître toute la technicité des produits agricoles, ont pris des arrêtés interdisant l’usage des produits phytosanitaires à moins de 150 mètres des habitations. Eh bien moi, je participe à mon tour à ce débat ».

L’élu entend ainsi « exprimer avec dérision le ras-le-bol des agriculteurs vis-à-vis des normes toujours plus importantes et à stigmatiser la plupart des maires qui ont pris des arrêtés anti-pesticides alors qu'ils n'ont pas de connaissances du sujet ».

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • La queue basse

    Le 07 octobre 2019

    "L’élu entend ainsi « exprimer avec dérision le ras-le-bol des agriculteurs vis-à-vis des normes toujours plus importantes et à stigmatiser la plupart des maires qui ont pris des arrêtés anti-pesticides alors qu'ils n'ont pas de connaissances du sujet ».

    Lorsqu'on retrouve les mêmes quelques années plus tard avec un Parkinson ou un lymphome, ils ne tiennent plus le même discours. Pour rester dans le ton de l'article, ils racontent comment ils ont manipulé sans précaution des produits dangereux vendus comme rassurants... la queue basse...

    Dr Jean-Jacques Perret

  • "Chacun voit midi à sa porte"

    Le 11 octobre 2019

    Bien sûr monsieur le maire : vous revisiterez la nature de votre humour le jour, comme l'indique le Dr Jean-Jacques Perret ou vous vous sentirez concerné par les "petite" pathologies" héritées de Monsanto et Cie...

    Zahia Chardin

Réagir à cet article