Welcome to the Covid party

Walla Walla, le samedi 9 mai 2020  - Les autorités sanitaires du comté de Walla walla (Etat de Washington) s’inquiètent et n’ont pas l’esprit à la fête.
Elles mettent ainsi en garde contre l’organisation de « Covid party » qui rassemblent des malades porteurs du Covid-19 avec des participants non infectés, en espérant que ces derniers développent la maladie puis des anticorps neutralisants.  
Cette idée est « extrêmement dangereuse » pointent les services de santé publique du comté qui rappellent : « on ignore si les gens guéris du Covid-19 bénéficient d’une protection à long terme (…). Il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur ce virus, notamment sur les séquelles de l’infection ».

Meghan DeBolt, responsable de la santé du comté rapporte dans la presse locale que plusieurs personnes infectées par le SARS-CoV-2 ont signalé aux enquêteurs épidémiologiques avoir contracté la maladie dans ces Covid party. Il faut dire qu’avec 94 cas confirmés par PCR pour 60 000 habitants, le comté de Walla Walla est encore loin de l’immunité de troupeau.
Rappelons que ces Covid party ne sont pas si insolite (malgré le titre de notre rubrique) ! En effet, les Américains sont les grands spécialistes des pox party ou measles party. Très en vue dans les années 50 et 60 cette activité consistait à réunir des enfants touchés et des enfants indemnes d'une maladie infantile réputée bénigne.   

Et à chaque grande épidémie, les Américains remettent au goût du jour cette fantaisie, ainsi, durant la pandémie de grippe A (H1N1) de 2009-2010 les médecins ont constaté une augmentation des « fêtes de la grippe ».

Et après tout, la sortie du confinement n’est-elle pas l’organisation d’une immense Covid party (contrôlée) à l’échelle de la population ?

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article