AVC : la meilleure façon de marcher ?

Boston, le samedi 22 juillet 2023 – Une équipe de l’université d’Harvard publie dans Annals of the New York academy of sciences des travaux qui mettent en lumière les résultats intéressants d’un exosquelette « flexible » prototypique pour améliorer la marche des patients ayant été atteints par un AVC.

Richard Nuckols et al. rappellent dans leur étude : « La déficience chronique de la cheville consécutive à un accident vasculaire cérébral oblige souvent les individus à utiliser des schémas compensatoires pour atteindre les vitesses de marche nécessaires ». L’idée était donc d’appareiller ces patients d’un exosquelette de cheville et d’étudier l’utilisation de ce dispositif en « vie réelle ». Quatre participants ont utilisé de manière autonome le système conçu par le laboratoire pendant 4 semaines. L’appareil de petite taille n’a pas été élaboré pour fournir une grande puissance ni effectuer les mouvements à la place de la personne comme ceux « rigides » destinés aux patients souffrant d’une lésion de la moelle épinière. L’objectif est plutôt de fournir assez d’assistance pour aider à pratiquer une « bonne mécanique de marche », détaillent les auteurs.

Exosquelettes : une révolution à venir en neurologie ?

Pendant l’étude pilote, les utilisateurs ont dû s’enregistrer sur une application mobile afin de signaler le début et la fin de leur session de marche, mais aussi de décrire le type de terrain choisi et leur état de santé ressenti. Deux participants ont été significativement améliorés et ont effectué en moyenne 4000 pas supplémentaires par jour. Si les chercheurs soulignent les biais de leurs travaux, nombre de participants très faible et absence de groupe témoin, ils estiment qu’ils fournissent « des preuves préliminaires du potentiel des exosquelettes pour améliorer l'entraînement à la marche et la rééducation ».

Dans le journal Le Monde, le professeur Igor Sibon, chef de service de l’unité neuro-vasculaire du centre hospitalier universitaire de Bordeaux commente : « la piste des exosquelettes au sens large est extrêmement intéressante à suivre parce que, malheureusement, malgré la rééducation, un nombre non négligeable de patients va conserver un trouble de la marche persistant quand ils ont présenté un déficit moteur important en liaison avec un AVC ».

Soulignons que plus généralement, les exosquelettes sont en train de permettre des progrès remarquables pour l’amélioration de la qualité de vie de certains patients, tels que ceux atteints de la maladie de Parkinson.

Référence
Nuckols R et al. : Design and evaluation of an independent 4-week, exosuit-assisted, post-stroke community walking program. https://doi.org/10.1111/nyas.14998

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article