Bon usage du médicament : Y’a qu’à Yuka

Paris, le samedi 16 avril 2022 – Vous connaissez peut-être Yuka, cette application téléchargée près de 30 millions de fois, qui permet de « scanner » les produits alimentaires et cosmétiques en vue d’obtenir des informations détaillées sur leurs impacts sur la santé.

Sur ce modèle, Synapse médecine, une start-up qui a récemment bénéficié d’une levée de fonds de 25 millions d’euros lance Goodmed qui se présente comme le « Yuka du médicament ».

Par simple scan du QR code d’une boîte de médicament, l’application Goodmed permet aux patients de vérifier s’ils peuvent prendre un médicament ou non en fonction de leur situation de santé (grossesse, allaitement, allergies, …). « Les résultats sont donc personnalisés et permettent de renforcer la prévention santé, en réduisant les risques liés au mauvais usage des médicaments » vante le concepteur. Cet outil devrait donc être particulièrement utile pour les médicaments délivrés sans ordonnance.

L’application Goodmed est disponible gratuitement depuis le 13 avril et propose également une offre sans engagement, “Goodmed Premium” à 5,99 euros par mois. Celle-ci permet d’accéder à des fonctionnalités telles que la création de profils familiaux. Goodmed Premium sera également disponible gracieusement pour certains utilisateurs via des partenariats avec les assurances et mutuelles dans leurs offres prévention santé.

Cette application pourrait donc être susceptible de contribuer à faire diminuer les chiffres encore dramatiques du mésusage pharmaceutique évalués selon certaines estimations (difficiles à vérifier) à 180 000 hospitalisations et à 10 à 30 000 décès annuels.

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article