Comment « démocratiser » l’oxygénothérapie à domicile pour les patients Covid ?

Paris, le samedi 5 février 2022 – Parmi les différents leviers possibles pour limiter l’engorgement des hôpitaux lié à l’afflux de patients infectés par SARS-CoV-2, l’oxygénothérapie à domicile a suscité à la fois enthousiasme et réserves. Les réserves étaient notamment liées au fait qu’une des particularités des patients atteints de Covid est leur risque de désaturation brutale. Cependant, le variant Omicron et sa moindre virulence conduisent à revoir l’attitude de prudence jusqu’alors adoptée. Ainsi, Olivier Véran n’a pas hésité à présenter l’oxygénothérapie à domicile comme une piste à exploiter, indiquant au Sénat récemment : « Nous sommes capables de prendre en charge jusqu'à 15 000 patients avec de l'oxygène à domicile », assurant qu’il serait même possible d’aller au-delà. Pourtant, selon les retours de la Fédération des prestataires de santé à domicile, les demandes d’oxygénothérapie à domicile seraient aujourd’hui moindres que lors des vagues précédentes. Bien sûr, le profil différent d’Omicron peut expliquer cette tendance, mais on sait également que le frein majeur au développement de ce type de prise en charge est la trop faible disponibilité des professionnels libéraux.

Surveillance en temps réel

La surveillance à distance apporte une réponse à cet écueil. « L'AP-HP avait expérimenté Covidom, une plateforme téléphonique qui permettait de suivre les constantes des patients à distance, mais le système a explosé devant le nombre trop important de demandes », relève dans le Figaro, Didier Perrin, administrateur en charge de la commission assistance respiratoire de la Fédération des prestataires de services à domicile. D’autres dispositifs existent cependant. Biosency entreprise de technologie médicale basée à Rennes a ainsi développé une solution de télésurveillance, baptisée Bora Care, qui permet de faciliter l’oxygénothérapie à domicile des patients atteints de Covid. Le dispositif repose sur un bracelet connecté qui mesure la fréquence respiratoire, le taux d’oxygène, la fréquence cardiaque du patient en temps réel et qui transmet les alertes au centre de soin référent. Le système de Biosency a ainsi été choisi dans le département de la Meuse, en partenariat avec le Centre hospitalier de Verdun, grâce notamment à un financement de l’Agence régionale de Santé (ARS). Fin décembre, cinq à dix patients par semaine bénéficiaient dans le département de cette télésurveillance.

Etudes cliniques

Le système Bora Care qui est déjà utilisé pour d’autres patients souffrant d’insuffisances respiratoires nécessitant une oxygénothérapie à domicile concourt par ailleurs à la réalisation d’études cliniques (à travers une solution adaptée), destinées entre autres à l’évaluation de ce type de méthodes, dont la généralisation est aujourd’hui à l’ordre du jour, avec le nouveau financement de la télésurveillance.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article