Flexible ou rigide : et s’il n’était plus nécessaire de choisir ?

Paris, le samedi 26 mars 2022 – Bien sûr, les chirurgiens d’antan qui étaient loin de pouvoir s’appuyer sur des technologies aussi développées que celles dont disposent leurs confrères d’aujourd’hui pourraient considérer qu’il s’agit d’une attente superflue. Mais souvent, ce sont ces espoirs d’un perfectionnement extrême qui dopent la recherche. Ainsi, à propos des cathéters utilisés couramment pour de nombreuses interventions chirurgicales ou percutanées, notamment cardiaques, Yegor Piskarev, assistant doctorant au Laboratoire des Systèmes Intelligents (LIS) de la faculté des sciences et techniques de l'ingénieur de Lausanne remarque : « Cela serait avantageux si certaines sections du cathéter étaient très souples, pour ainsi se plier facilement et atteindre des zones difficiles d’accès, surtout lors d’opérations sur des gros volumes. Ces mêmes sections devraient aussi pouvoir devenir rigides sur commande, pour permettre un contrôle précis et d’avantage de pression sur la zone de traitement ».

Yegor en a rêvé, son équipe l’a fait.

Un cathéter adapté au corps du patient

Des chercheurs des écoles polytechniques de Lausanne et de Zurich présentent en effet dans la revue Advanced Functional Materials un cathéter d’un nouveau genre. La spécificité de ce dispositif est qu’il est possible d’ajuster sa flexibilité ou sa rigidité au cours de l’intervention, en jouant sur une hausse ou une baisse de la température. Le cathéter, qui n’est encore qu’un prototype, est constitué de trois couches : un tube qui enferme les câbles permettant son fonctionnement et son refroidissement, un polymère à mémoire de forme (qui sert notamment de capteur de température), le tout encapsulé dans une gangue en silicone. Les premiers essais de ce dispositif conçu pour une navigation magnétique à distance montrent qu’en « assouplissant et en raidissant sélectivement les segments individuels, le cathéter peut mieux s'adapter au corps pendant la navigation et maintenir la courbure souhaitée en cas de besoin » explique sur l’e site de l’EPFL, le professeur Dario Floreano qui a coordonné ces travaux prometteurs.


L.C.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article